Le Kef Il tue son frère pour épouser sa femme et écope de la peine de mort





Abel et Caïn sont de retour au Kef et l’enjeu est comme d’habitude une femme. Au final, c’est un meurtre qui s’est produit dans des circonstances où la violence était de mise... Tunis — Le Quotidien Les habitants d’une zone rurale située entre les deux gouvernorats du Kef et de Jendouba n’en reviennent toujours pas. L’indignation et la stupéfaction sont sur toutes les lèvres. L’on s’interroge toujours comment ce frangin a perdu toute notion d’humanisme pour aller tuer son frère aîné. Alors, lorsque le verdict prononcé par le tribunal de grande instance du Kef est tombé, tout le monde s’est senti soulagé. Il faut dire que tout a commencé depuis que l’assassin est tombé amoureux de la femme de son frère. Pis encore, en lui avouant ses sentiments, le frangin a eu des échos favorables auprès de sa dulcinée. Sa belle-sœur était, en effet, et également amoureuse de lui. Depuis, leurs rendez-vous galants se sont multipliés. A la longue, la peur d’être découvert s’est emparée des deux tourtereaux. Alors pour continuer à vivre tranquillement cette histoire d’amour, les deux amants ont commencé à penser sérieusement à se débarrasser de l’époux. Un petit plan a été mis en marche et dans la foulée, le tueur a eu l’idée de faire appel à un complice. Il s’agit d’un voisin lequel entretient des rapports des plus tendus avec la victime. Lors d’une beuverie le trio a décidé de passer à l’action. Des rôles ont été distribués de manière à ce que le voisin et le frangin surprennent la victime sur le chemin de retour chez elle. Le premier, armé d’une hache lui a assené un coup mortel au niveau de la tête alors que le deuxième l’a achevé en le poignardant à l’aide d’un couteau. Après quoi, le frangin tueur est allé annoncer la nouvelle à sa belle-sœur qui a fait semblant de chercher son mari criant devant qui voulait bien l’entendre que son époux a été tué. Le temps de découvrir le corps de la victime et c’est une enquête qui a été ouverte. Les investigations ont été menées par les agents de la garde nationale du Kef. Ces derniers ont réussi à élucider le mystère qui réside derrière ce meurtre et ce en arrêtant les deux tueurs et l’épouse. Après avoir été interrogés, chacun des trois accusés a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Inculpés de meurtre avec préméditation, de participation et de complicité, les trois accusés ont été traduits devant le tribunal de grande instance de Tunis. Après les délibérations, la cour les a condamné à la peine capitale pour le frangin, à la perpétuité pour le voisin et à vingt ans de prison pour l’épouse. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com