M. Samir Taktak (Receveur à El Menzah VI) : «La sensibilisation commence à porter ses fruits»





Pour voir encore plus clair dans l’opportunité de l’amnistie fiscale proposée dernièrement par la Tunisie, rien ne vaut l’avis d’un spécialiste en contact direct avec le public. Nous avons donc choisi l’une des recettes des finances qui dispose depuis quelque temps de l’ISO 9001; celle «pilote» d’El Menzah VI. M. Samir Taktak, le receveur, a eu le gentillesse de répondre à nos questions, d’autant plus qu’il s’agit d’un sujet d’activité que le local de la Recette illustre lui-même à travers les pancartes et les affiches qui ornent la grande salle d’accueil et qui rappellent aux visiteurs les bienfaits de cette amnistie fiscale. * Réconciliation entre le citoyen et le fisc M. Taktak a tenu à rappeler que «la décision prise par le Chef de l’Etat constitue une plate-forme idéale pour réaliser la réconciliation entre le citoyen et le fisc. Il s’agit là d’un moyen pratique et profitable pour un repositionnement du contribuable vis-à-vis de la Direction de la comptabilité publique». Deux mois et dix jours après l’annonce de la décision relative à l’amnistie fiscale, que s’est-il passé? Les citoyens ont-ils répondu à l’appel? Les recettes de finances ont-elles connu une affluence au-dessus de la normale? Les interrogations ne manquent pas et notre interlocuteur y a répondu clairement: «Je tiens, en premier lieu, à faire savoir qu’un grand effort de sensibilisation a été déployé au niveau de la Recette, en coordination parfaite avec la Direction Générale qui nous fournit une assistance totale à ce niveau. Du fait, tout le monde s’est trouvé mobilisé pour réussir cette opération qui se poursuit encore selon un programme préétabli. Il s’agit d’une communication directe avec le citoyen et des officiers des services financiers sont chargés de cette mission et s’en vont sensibiliser les gens là où ils se trouvent. Ces officiers sont en contact avec une cellule constituée spécialement pour cette mission. De même, on a beaucoup insisté sur l’importance de l’accueil et de la sensibilisation au local de la Recette. Quant aux agents, ils sont tous à la disposition du citoyen pour tout renseignement et sont invités quotidiennement à tenir des réunions évaluatives sur ce sujet». * Le message est en train de passer Depuis le 22 mars 2006, le citoyen a-t-il bien perçu le message et peut-on dire que quelque chose a changé dans sa relation avec le fisc? M. Taktak en est persuadé: «Le message est en train de passer et ceux qui nous rendent visite apprennent tous les détails auprès des agents dès le premier contact. Dès lors, ils prennent conscience des intérêts qu’ils réaliseront et des bienfaits de cette amnistie. Ils ne se débarrassent pas seulement de leurs dettes avec des conditions très avantageuses, mais ils ont l’occasion de profiter d’autres avantages et auront en fin de compte la satisfaction d’avoir accompli leur devoir. Il y a des gens qui s’engagent, même s’ils ne peuvent régler leur dû tout de suite. Ils savent qu’ils ont intérêt à aller jusqu’au bout et ils bénéficient d’une clémence certaine s’ils ne parviennent pas à tout régler avant le 30 juin (seulement 1% d’amende par mois au-delà de cette date-butoir). Pour conclure, je vous confirme que certains citoyens ont beaucoup gagné grâce à cette mesure présidentielle et il s’agit pour quelques-uns de centaines de millions». La cellule constituée au sein de la Recette à partir du 22 mars connaît une activité de plus en plus importante. Mlle Besma Ketita, responsable des créances fiscales, affirme que les citoyens accomplissent une première visite pour se renseigner, et ils ne tardent pas à agir en payant la totalité de leur dû ou en prévoyant de le faire dans les délais. Pour sa part, M. Ridha Labbouz, responsable des amendes et condamnations pécuniaires, confirme l’intérêt des citoyens aux nouvelles décisions d’autant plus que les concernés auront l’avantage de se «débarrasser» des frais de poursuite et l’opportunité de payer la moitié du montant principal. En somme, les agents de cette cellule estiment que la sensibilisation commence à porter ses fruits. M. Samir Taktak conclut en insistant sur la nécessité de conforter cet effort de sensibilisation et d’appeler le citoyen à profiter de ces avantages pour assainir définitivement sa situation. Kamel ZAïEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com