Italie Ca n’a pas l’air de marcher fort!





L'équipe d'Italie de football, à moins d’une semaine de son premier match du Mondial-2006 face au Ghana à Hanovre (groupe E), se trouve dans le flou le plus total et son sélectionneur Marcello Lippi navigue à vue, sans repère précis sur le potentiel réel de son groupe. Dans un climat alourdi par les présomptions de matches truqués dans le championnat, les deux derniers tests de préparation, le 31 mai contre la Suisse (1-1) et le 2 juin devant l'Ukraine (0-0), n'ont guère rassuré sur les possibilités de la Squadra Azzurra. L'équipe s'est montrée décevante, affichant même quelques lacunes inquiétantes. "Nous avons rencontré deux formations de qualité, solides et difficiles à manoeuvrer, qui joueront aussi le Mondial, mais mon équipe m'a plu et j'ai vu des choses intéressantes, a estimé Lippi. Selon moi, il ne sert à rien d'être au top aujourd'hui, c'est au Mondial qu'il faudra l'être", a poursuivi le sélectionneur en réponse aux nombreux observateurs un peu déçus. Mais, s'il s'en défend, Lippi peut se faire du souci car il n'a pratiquement retiré aucun motif de satisfaction de ces deux matches. Si la défense, devant le gardien Gianluigi Buffon, tient à peu près le coup en dépit des absences de Gianluigi Zambrotta, forfait contre le Ghana, et d'Alessandro Nesta, il n'en est pas de même pour un milieu de terrain peu performant et un duo de pointe peu percutant, et dont on cerne mal la dimension exacte à un niveau aussi élevé. * Totti ou Del Piero La condition physique encore approximative de Francesco Totti, qui revient doucement en forme après sa fracture du péroné en février dernier, constitue le point d'interrogation principal pour Lippi. La présence du "Golden Boy" romain ne se discute pas sur le fond, mais sera-t-il en mesure de dicter les temps de la manoeuvre, sans ressentir un manque de compétition logique compte tenu de son absence de plus de trois mois? Le sélectionneur hésite donc, car il possède aussi une alternative avec la titularisation d'Alessandro Del Piero, moins présent dans la construction, mais qui apporterait en revanche davantage de percussion en attaque par ses inspirations sur l'aile gauche. En pointe, Lippi est également dans l'incertitude et reste évasif sur la formule à adopter, classique avec Totti derrière deux attaquants, ou plus inédite avec une seule pointe et Del Piero excentré sur la gauche. Le dernier problème concerne le choix de ses attaquants, car Gilardino, pourtant auteur du but face aux Suisses, et Luca Toni n'ont rien prouvé dans un contexte aussi relevé. Il n'est finalement pas exclu que le sélectionneur fasse appel à Filippo Inzaghi, retenu en dernière minute pour pallier la défection de Christian Vieri, indisponible en raison d'une blessure.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com