Les jeunes et les confidences : Dans la mêlée, ils gardent un petit jardin secret





Même les personnes les plus discrètes et les plus autonomes ont besoin de vider leur cœur de temps à autre. Ils ont besoin de remettre leurs soucis aux soins d’un tiers. Les jeunes étant a priori des personnes à expérience réduite, ils ont besoin de se confier et demander conseil auprès d’une personne de confiance. Sur quels sujets se confient-ils le plus? A qui se confient-ils? S’agit-il d’une confiance totale et trouvent-ils réponse à leurs questions? Tunis-Le Quotidien Communiquer une secret personnel ne peut-pas être fait à la hâte. Généralement, celui qui reçoit les pensées les plus secrètes de quelqu’un doit posséder de hautes qualités. Une confidence se fait sous le sceau du secret, de la confiance et de la compréhension. Certains préfèrent se livrer à des psychiatres. Normal, ne sont-ils pas les professionnels de l’écoute, de la discrétion! D’autres vident totalement leurs cœurs aux personnes les plus proches. Ils partagent avec eux leur jardin secret sans aucune réserve. Et entre les uns et les autres il y a ceux qui ne se laissent pas aller et ne s’abandonnent pas facilement à la confession. Pour eux, un secret qui échappe n’est qu’un problème de plus. A quel rang appartiennent les jeunes? A qui se confient-ils et de quelle nature est leur confidence? Mohamed Mehdi Monem, 20 ans, candidat au bac, ne se confie qu’à une seule et unique personne: son meilleur ami. Le jeune homme ressent parfois que ses problèmes ou encore ses joies pèsent lourd. Il a besoin de les partager et c’est envers la bonne personne qu’il s’adresse. «D’abord un confesseur doit savoir écouter et bien que cela semble facile, ce n’est pas du tout évident. Savoir écouter et partager est une très haute qualité qui n’est pas donnée à tous. Mon meilleur ami possède cette qualité lorsque je me confie à lui, il est tout ouïe, il me comprend et par-dessus tout il ne me juge pas et ne me critique pas et c’est exactement ce dont j’ai besoin. Certains confidents se mettent tout de suite dans la peau du tuteur et dès qu’ils écoutent, ils se mettent à nous chercher des solutions toutes faites ou encore à critiquer nos comportements. Pourtant, celui qui a besoin de se confier peut ne pas vouloir trouver une solution à ses soucis, il a juste besoin d’être écouté, compris et de ressentir qu’il y a quelqu’un qui partage son fardeau. C’est d’ailleurs la première raison qui pousse les jeunes à ne pas se confier aux parents qui ne peuvent pas s’empêcher de critiquer ou de conseiller. Les sujets sur lesquels je me confie le plus, ce sont les problèmes familiaux. N’empêche que même si je me confie quasi entièrement, je garde un petit quelque chose pour moi, cela me rassure de garder un petit jardin secret impénétrable», dit-il. Achref, 20 ans candidat au bac, se confie essentiellement à sa mère, ensuite à sa petite copine. «Je ne sais pas pourquoi j’ai toujours eu l’impression que la gent féminine a une plus grande capacité d’écoute et de compréhension. Je me confie dès lors essentiellement à ma mère. D’abord, elle me comprend parfaitement. En plus, elle est toujours disponible et prête à m’écouter sans jamais m’interrompre ou me juger. Je pense que c’est très important d’avoir une mère instruite. Cela la rend plus compréhensive et plus ouverte d’esprit. Je dis absolument tout à ma mère jusqu’au moindre détail et je me confie à elle, même concernant les sujets les plus tabous et les plus intimes. Ma mère m’écoute, me comprend, me conseille et m’oriente et il arrive aussi qu’elle se plie en quatre pour résoudre mes problèmes sans même me le dire. En parallèle, je me confie à ma petite amie. Partant du fait qu’il s’agit de ma partenaire et elle doit être avisée des grandes lignes de ma vie. Elle m’écoute et me comprend et puis lorsqu’on ne cache pas des secrets à son partenaire, c’est soulageant», dit-il. Abdelmoneêm, 19 ans candidat au bac se confie également à sa mère. Et il lui arrive aussi de se confier à ses amies filles. «D’abord, j’ai une nature plutôt discrète. Je n’aime pas parler à tort et à travers de mes secrets. Lorsque je me confie entièrement à ma mère, je suis sûr et certain que je ne risque absolument rien. Ma mère est une femme instruite et éclairée qui a un esprit ouvert et qui se montre très compréhensive. Je parle de tout avec elle et sans aucune réserve ni cachotterie. Nous discutons même des sujets les plus tabous et elle sait répondre efficacement à mes questions. Toutefois, il m’arrive de partager des secrets avec mes amis filles. Elles savent écouter et c’est toujours constructif d’avoir l’avis du sexe opposé», dit-il. Wajdi, 19 ans candidat au bac, ne peut pas se confier à des garçons. Sa première confidente est sa meilleure amie. «J’ai une amie intime en qui j’ai entièrement confiance et avec laquelle je partage mes secrets les plus intimes. Je lui parle de mes soucis sentimentaux, de mes problèmes de famille et de mes soucis financiers et elle a toujours été à la hauteur et a toujours su me comprendre, me conseiller et garder le secret. Je parle aussi de quelque soucis à ma petite amie. Toutefois, je crains que notre amour ne se dégrade si jamais je deviens devant elle un livre ouvert. Il faut garder son petit jardin secret, d’ailleurs, le cas échéant, je serai complètement désarmé. En outre, je ne me confie jamais aux parents, d’abord parce qu’ils sont à l’origine de nombre de mes problèmes, en plus parce qu’ils ne savent pas écouter sans critiquer et condamner», dit-il. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com