Groupe A : L’Allemagne aux abois





L’Allemagne, triple champion du monde et qui évolue à domicile aura à rencontrer dans le groupe A, l'Equateur, le Costa Rica et la Pologne. A première vue, la Nationalmannshaft part avec les faveurs du pronostic mais quand on sait qu’elle a préparé la Coupe du Monde en traversant les critiques et les luttes intestines, on pourra s’attendre à un parcours difficile pour les hommes de Klinsmann, même si certains pensent que l’Allemagne n’est jamais plus redoutable que lorsqu’elle est aux abois. Ainsi, Jurgen Klinsmann est un homme bien seul. Il n’a pas été épargné lors des matches amicaux. Mais le coach demeure malgré tout confiant affirmant à tout bout de champ que l’équipe a les moyens de décrocher le titre. Sur le terrain, il comptera sur le gardien Lehmann qui a délogé Kahn, mais surtout sur le meneur de jeu Ballack pour montrer que l’Allemagne sait s’adapter aux situations de crise. Le Costa Rica, lui, qualifié dans la douleur pour son troisième Mondial, rêve de rééditer l’exploit de 1990 lorsqu’il s’est qualifié à la surprise générale pour les huitièmes de finale. Les «Ticos» menés par le Brésilien Alexandre Borges Guimaraes s’adaptent bien au jeu prôné par leur coach. Ils misent sur leurs qualités techniques et leur jeu offensif pour créer la surprise surtout lors du match d’ouverture où la pression sera dans le camp des Allemands. Son attaque sera menée par Ronald Gomes (78 sélections, 23 buts) dont la puissance de frappe fait merveille. L’Equateur, révélation des éliminatoires dans la zone Amsud, où il a fait plier le Brésil et l’Argentine chez lui, s’est qualifiée pour la seconde phase finale de son histoire après celle de 2002. Menée par Alex Aguinaga, ce subtil meneur de jeu à queue de cheval, considéré comme le meilleur footballeur équatorien de l’histoire, la sélection entraînée par le Colombien Luis Fernando Suarez compte bien créer la surprise en Allemagne. Enfin, la Pologne qui retrouve le sol allemand après trente deux ans, elle repasse le fleuve Oder avec le secret espoir de briller. Si les arguments offensifs des «Bialo Czerwoni» ne sont pas à négliger avec Zurawski et Frankoswki, le sélectionneur Pawel Janas cherche encore la bonne formule. Mais le point fort de ce groupe, c’est indéniablement le duo d’attaque cité. Il a inscrit 14 buts sur 27 lors des éliminatoires et pourra faire des misères à leurs vis-à-vis. J.B.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com