Les jeunes et la communication : Le portable et les SMS en tête de liste





La majorité des jeunes gens ont leur propre téléphone mobile. Nombre d’entre eux ont un PC, se connectent à l’Internet, «chatent» et ont leur propre e-mail... Une nouvelle manière de communiquer avec autrui. Dès lors la communication semble être plus à la portée et plus facile à gérer. Quel est justement le moyen de communication privilégié par les jeunes et pourquoi ? Tunis - Le Quotidien A priori, lorsqu’on est jeune, on a besoin d’entretenir des relations interpersonnelles. Cela permet de s’enrichir, de s’ouvrir sur d’autres horizons, de communiquer et de gagner de l’expérience. Autrefois, pour garder le contact avec les autres, il n’y avait pas plusieurs alternatives. Il fallait miser sur la communication directe, le cas échéant s’adonner à l’écriture des lettres. Les choses ont changé à présent. Pour garder le contact, il existe plusieurs moyens de communication: téléphone fixe, téléphone portable, chat, e-mail... Accros aux portables? En tout cas, bon nombre de jeunes semblent l’être. Il paraît que cet engin répond à toutes les aspirations juvéniles en matière de communication. Raison pour laquelle le cellulaire semble être leur moyen favori pour communiquer. Tayeb, 21 ans, candidat au bac économie, utilise son portable pour communiquer. Pourquoi ? D’abord, le jeune homme pense que c’est un moyen de communication pratique et instantané. «Je me sens très à l’aise lorsque je parle au téléphone portable et surtout lorsque je communique via les SMS. Ce moyen est moins cher, plus pratique et cela me laisse le temps de réfléchir à ce que je dois dire tout en ayant la certitude que le message sera transmis sur le champ. Lorsqu’on a un besoin urgent de parler, on n’a qu’à appuyer sur les touches, d’écrire notre message et le tour est joué. Si j’ai du mal à extérioriser une certaine idée ou un certain sentiment, le «Short Message System» me permet de dépasser cet obstacle et de vaincre ma timidité et puis on a l’occasion de relire le message et de choisir bien nos mots avant de les envoyer. La communication téléphonique a aussi ses avantages, elle élimine les distances et rend les personnes joignables à tout moment. En plus, lorsqu’on est au téléphone, on peut dire ce que l’on veut sans que le vis-à-vis n’ait la possibilité de lire l’expression de notre visage... C’est tellement plus facile!», dit-il. Nizar, 21 ans, étudiant, préfère parler au téléphone ou chater. «Certes, la communication directe a ses propres avantages dans la mesure où elle permet non seulement le contact directe et instantané, mais elle nous permet aussi de traduire les gestes, le regard et les expressions. Sauf que ces mêmes avantages peuvent se transformer en inconvénients dans la mesure où certains gestes et certaines réactions échappent à notre contrôle et l’on est du coup... démasqués! Par contre, si l’on communique via le téléphone, notre vis-à-vis ne comprend que le message que nous voulons transmettre. Il n’a pas la possibilité de voir que l’on a honte, que l’adrénaline nous monte aux joues, que l’on est contrarié ou que l’on est heureux... L’interlocuteur comprend juste ce que nous voulons lui véhiculer, sans plus. En chatant, on a la possibilité de réfléchir, de bien penser, de choisir nos mots et nos réponses et l’on s’arme de courage puisque on se cache derrière notre poste et on a le temps de bien déchiffrer le message pour y répondre. De plus, c’est un moyen de communication très vaste qui nous permet de garder le contact avec des personnes qui se trouvent à des milliers de kilomètres. Cela ouvre des horizons et élimine les distance», dit-il. Hichem, 22 ans, préfère aussi les communications téléphoniques et les S.M.S. Selon le jeune homme c’est un moyen qui permet de maîtriser la discussion. «Je ne pense pas qu’il existe encore de nos jours des personnes qui s’envoient des lettres par voie postale. C’est dépassé, démodé et ce n’est plus du tout pratique. Le téléphone portable permet d’être joignable à tout moment, cela permet aux personnes de s’exprimer avec moins de gêne, de maîtriser leurs dires et d’être sûrs que le message sera transmis immédiatement. Or la communication directe impose certaines règles et plusieurs réactions peuvent échapper à notre contrôle et du coup, on ne peut pas induire notre vis-à-vis en erreur», dit-il. Samar, 20 ans, candidate au bac, utilise le téléphone portable et les SMS pour communiquer. Cela dit, la jeune fille semble préférer la communication directe et les lettres. «Notre interlocuteur ne peut pas être disponible à tous les coups. Du coup, le téléphone devient un moyen plus pratique. Toutefois, rien ne vaut une discussion face-à-face. Cela permet de décortiquer chaque mot, chaque geste et chaque réaction. C’est une communication transparente et honnête. Or, lorsqu’on se cache derrière le téléphone ou le poste d’ordinateur, l’un comme l’autre peuvent fausser la discussion et le dialogue peut être faussé. En outre, parfois certaines idées ou sentiments doivent être dits tels qu’on les ressent et notre interlocuteur peut ne pas être disposé à nous écouter. Si l’on reporte cela à plus tard, cela n’aura plus le même effet ni le même impact. Dans ce cas je préfère écrire une lettre avec des mots authentiques et des phrases qui sortent vraiment de notre cœur, d’où l’importance des lettres. Certes, certains trouvent que c’est démodé de communiquer via les écrits... Heureusement qu’on a inventé les e-mails ... Reste à savoir si la personne concernée a déjà un mail !» dit-elle. Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com