Mme Mognana Sow Med Deyna au «Quotidien : «La coopération entre la Tunisie et la Mauritanie est engagée sur la bonne voie.»





* Secrétaire d’Etat mauritanienne auprès du Premier ministre, chargée des Nouvelles technologies _____________ En marge du «Salon International des Services «Sise 2006 » qui vient de se tenir à Tunis, la Secrétaire d’Etat mauritanienne chargée des Nouvelles technologies, Mme Mognana Sow Med Deyna, a levé le voile sur la participation mauritanienne à cette grande manifestation internationale des services et brossé, par la même occasion, l’état des lieux sur les performances réalisées par la Mauritanie dans ce domaine et la coopération qu’elle entend entreprendre avec la Tunisie dans ce secteur. * «Le Quotidien» : Quel bilan peut-on faire de la participation mauritanienne à cette deuxième édition de «Sise 2006» ? - Pour cette participation, la Mauritanie peut se targuer d’être le seul pays arabe et africain à prendre part à cette manifestation internationale des services en qualité d’invitée d’honneur aux cotés du Japon, un géant du monde informatique. Cela ne peut que nous réjouir, d’autant plus que notre pays a pris part à cette manifestation par une forte délégation composée de cadres de haut niveau dont le ministre du commerce, de l’artisanat et du tourisme, Bà Abderrahmane et moi-même en qualité de Secrétaire d’Etat chargée des Nouvelles technologies. La participation mauritanienne a su, à cet effet, allier la créativité, l’authenticité et la modernité. C’est qui explique sa réussite remarquée à cette manifestation. * Quelles sont les spécificités des services proposés par la Mauritanie ? - Les sept hauts cadres ayant représenté la Mauritanie ont proposé des services dans les différents domaines administratifs et commerciaux. Beaucoup d’applications informatiques conçues par les Mauritaniens et des produits des grandes sociétés mauritaniennes ont été proposés à l’instar des logiciels haut de gamme pourtant exportés, mais qui ont pu être adaptés aux contextes des services mauritaniens. Il s’agit, en fait, de logiciels mauritaniens mais commercialisables à travers le monde. * Comment se porte le secteur des Nouvelles technologies en Mauritanie ? - Je dois vous avouer quand je suis arrivée à la tête du département des Nouvelles technologies, à l’aube du Changement du 3 août 2005, le taux de connexion des services informatiques était seulement de 2 %. Aujourd’hui, et grâce à la politique mise en place dans ce domaine par notre gouvernement, nous avons franchi une étape importante à une vitesse de croisière vers l’informatisation des services administratifs. Le taux de connexion des services administratifs est actuellement de 48 %. Ce qui constitue une performance en soi, puisque cette performance a été réalisée en dix mois seulement. Pour en arriver là, il a fallu équiper l’administration d’un millier d’ordinateurs qui sont connectés par la même occasion au Net. Nous avons également mis en place un programme visant à former un millier de cadres non initiés à l’internet et à l’informatique. Maintenant, le défi à relever consiste à familiariser les fonctionnaires mauritaniens à l’usage de l’informatique et de l’intégrer dans leurs habitudes. Car, reconnaissons-le, nous avons une culture basée sur l’oralité et il faut l’adapter à la pratique et à l’usage des nouvelles technologies. * Où en est-on justement avec l’application de votre programme de formation ? - Jusque-là on a eu à former 300 cadres supérieurs, conseillers et chargés de mission à l’usage de l’outil informatique et du Net. La prochaine étape de cette formation sera mise en application sous peu. * Avez-vous des projets de coopération avec les Etats maghrébins dans le cadre de la formation et des services informatiques à l’instar de la Tunisie ? - Récemment, j’ai eu à effectuer un déplacement avec le Premier ministre mauritanien au Maroc. Cette visite nous a permis de nous inspirer beaucoup de l’expérience marocaine dans le domaine des NTIC. Depuis jeudi, et à l’occasion de mon séjour en Tunisie, j’ai saisi aussi l’opportunité pour visiter plusieurs technopôles et instances publiques opérant dans le secteur des services des Nouvelles technologies. L’expérience tunisienne m’a beaucoup fascinée. C’est l’une des meilleures références en Afrique et dans le Monde arabe. Grâce à la visite que j’ai effectuée, j’ai pu prendre en effet connaissance de plusieurs composantes de ce secteur. D’ailleurs, j’ai eu à engager plusieurs projets de partenariat entre la Mauritanie et la Tunisie dans ce domaine. La relation de coopération bilatérale est d’ores et déjà engagée sur la bonne voie. Je recevrais une équipe tunisienne à la fin du mois en cours pour finaliser les actions de partenariat. C’est donc une relation de partenariat qui semble partir du bon pied. Entretien conduit par Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com