Réforme de l’Assurance-Maladie : Le syndicat des pharmaciens campe sur ses positions





Les divergences entre la Caisse Nationale de l’Assurance-Maladie (CNAM) et le Syndicat des pharmaciens d’officine perdurent. C’est que le syndicat a campé sur ses positions initiales lors de la réunion tenue mardi dernier entre les deux parties. Tunis-Le Quotidien Le blocage concerne essentiellement la troisième étape d’application du nouveau régime d’assurance-maladie. Durant cette étape qui sera basée sur le tiers-payant, les pharmaciens se sont attachés à l’utilisation du cachet à la place des vignettes. Ils s’attachent encore et toujours à l’utilisation du cachet à la place des vignettes d’autant qu’en cas de perte de ces dernières, ce sont les pharmaciens qui risquent d’être sanctionnés. Sur le plan pratique, cette troisième étape sera en effet la plus difficile puisqu’elle nécessite la mise en place d’un plafond que le citoyen ne devrait pas dépasser au risque de sanctionner le pharmacien, d’un système informatique performant et d’une carte électronique très développée. Les négociations entre la CNAM et le Syndicat ont, d’autre part, abouti à un compromis sur les deux premières étapes d’application du nouveau régime. La première étape concerne le remboursement à 100% par la CNAM des médicaments relatifs aux affections prises en charge intégralement (APCI) communément appelées maladies lourdes et chroniques. En d’autres termes, durant la première année d’entrée en vigueur du régime de base d’assurance-maladie instituée par la loi 72-2004, le patient ne paie rien et le pharmacien sera remboursé par la CNAM dans des délais ne dépassant pas les 30 jours. La deuxième année portera sur le remboursement des médicaments relatifs aux maladies ordinaires. Au cours de cette étape, c’est le malade qui paie la totalité des prix des médicaments avant d’être remboursé par la CNAM. W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com