Livni : Un accord de paix avec les Palestiniens est actuellement irréaliste





Israël souhaite négocier avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, mais il n'est "pas réaliste" de rechercher avec lui un accord de paix permanent alors que le Hamas au pouvoir refuse de modérer ses positions, a affirmé la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni. Le Quotidien-Agences La chef de la diplomatie et vice-Premier ministre a souhaité apaiser les craintes au sujet du projet israélien de tracer les frontières permanentes avec les territoires palestiniens d'ici quatre ans, assorti d'un retrait unilatéral de grandes parties de la Cisjordanie. "Le message n'est pas l'unilatéralisme, ce n'est pas l'idéologie du gouvernement israélien. Nous préférons en premier lieu trouver un partenaire du côté palestinien", a assuré Livni lors d'un entretien. "Nous pensons que la stagnation ne devrait pas être une politique du gouvernement israélien", a-t-elle déclaré. Alors que des discussions concernant un accord de paix permanent n'est "pas réaliste" tant que le Hamas ne renonce pas à la violence et ne reconnaît pas Israël, Livni a exprimé son souhait de négocier avec le modéré Mahmoud Abbas. Mais elle a souligné que le plan sur la création d'un Etat palestinien à côté d'Israël qui sera soumis par référendum aux Palestiniens le 26 juillet sur initiative de M. Abbas, même s'il pouvait "mener à quelque chose de mieux", "n'envoie pas un message de réconciliation historique". Les divisions palestiniennes sur ce plan se sont approfondies avec le retrait dimanche d'un de ses auteurs, un prisonnier du Hamas détenu par Israël. Les tensions entre Israël et l'exécutif palestinien dirigé par le Hamas se sont également exacerbées avec l'élimination d'un haut responsable du Mouvement de la résistance islamique et la mort de huit civils sur une plage de la Bande de Gaza, imputée à Tsahal par les Palestiniens. L'incident a relancé les attaques à la roquette du Hamas sur Israël, après un cessez-le-feu de 16 mois. La ministre des Affaires étrangères a enfin souhaité que la communauté internationale maintienne sa pression contre le Hamas, seul espoir actuellement, selon elle, pour l'obliger à revoir ses positions. Livni, a ajouté que cette pression devait s'exercer sans bloquer l'aide humanitaire à la société civile palestinienne.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com