Territoires occupés : Des centaines de fonctionnaires prennent d’assaut le parlement





Des fonctionnaires de l'Autorité palestinienne manifestant pour réclamer leurs salaires ont pris d'assaut hier le Parlement dominé par le Hamas à Ramallah, alors qu'un responsable du Hamas a lancé une attaque en règle contre Mahmoud Abbas. Le Quotidien-Agences Le porte-parole du groupe parlementaire du Hamas, Salah Al-Bardawil, s'en est violemment pris au parti Fatah du président Mahmoud Abbas, l'accusant d'avoir orchestré la manifestation, alors que les partisans des deux mouvements s'affrontent à Gaza sur fond de crise politique. Quelque 300 manifestants ont fait irruption dans la salle de réunion du Conseil législatif (CLP), amenant le président de la Chambre Aziz Doweik à lever la séance. Certains des protestataires ont déchiré des documents posés sur les pupitres des députés et d'autres en sont venus aux mains avec des élus. Plusieurs députés ont pris la parole pour appeler au calme et demander aux manifestants de quitter la salle du bâtiment à Ramallah en Cisjordanie. Des policiers sont intervenus au bout d'un quart d'heure et ont conduit les manifestants hors de la salle. La manifestation, organisée par l'Union des employés de la fonction publique, avait commencé devant le siège du CLP avant qu'une partie de fonctionnaires qui y participaient ne prennent d'assaut le bâtiment. La plupart des quelque 160.000 fonctionnaires de l'Autorité palestinienne n'ont pas reçu leurs salaires depuis quatre mois, le gouvernement Hamas, privé des aides financières internationales en raison de sa politique à l'égard d'Israël, étant dans un état de cessation de paiements. * Accusations Après l'irruption de manifestants dans le Parlement, Bardawil, qui assistait à la séance par vidéo-conférence depuis Gaza, a accusé le Fatah d'avoir orchestré la manifestation et Abbas de participer "au siège" imposé au gouvernement Hamas dirigé par le Premier ministre Ismaïl Haniyeh. "Nous sommes étonnés de voir le président dire qu'il veut que le Premier ministre soit son bras droit et ensuite lui imposer un siège", a-t-il dit Il a aussi accusé Abbas et la présidence de l'Autorité palestinienne d'"assiéger les ministres (du Hamas) et de geler leurs comptes bancaires. Le président se comporte en spectateur et contribue à la crise que nous traversons". Haniyeh ainsi que les ministres et députés du Hamas à Gaza ne peuvent se rendre à Ramallah en raison de l'interdiction israélienne. Bardawil a dénoncé chez le camp du Fatah ce qu'il a appelé des "velléités de renverser" le gouvernement Hamas. Après la manifestation des fonctionnaires, des centaines de sympathisants du Hamas, brandissant des drapeaux verts et scandant des slogans appelant à l'unité nationale, ont exprimé leur soutien au mouvement islamiste et au gouvernement de Haniyeh devant le CLP à Ramallah. Des activistes d'un groupe armé issu du Fatah mais agissant de manière autonome avaient mis le feu lundi dans des bureaux du CLP et du Conseil des ministres à Ramallah lors d'une manifestation contre le Hamas, qu'ils accusent d'être responsable de la violence partisane dans les territoires palestiniens.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com