Drame de Gaza : Israël dans l’embarras





Al Qods occupée-Agences L'armée israélienne a admis hier la possibilité qu'un type de munition non explosé qu'elle utilisait dans le passé pourrait être la cause du drame de la plage de Gaza au lendemain de déclarations officielles dégageant la responsabilité d'Israël dans ce drame. L'ONG Human Rights Watch a mis en doute la thèse de l'armée tandis que les Palestiniens appelaient à une commission d'enquête internationale. "J'appelle (le secrétaire général de l'ONU Kofi) Annan et la communauté internationale à mettre sur pied une commission d'enquête internationale sur le crime de la plage de Gaza" a déclaré Saeb Erakat, principal négociateur palestinien. "L'escalade israélienne à Gaza et le grand nombre de martyrs devraient forcer l'ONU et la communauté internationale à accroître leurs efforts pour protéger la population civile", a-t-il ajouté, au lendemain d'un raid israélien à Gaza qui a fait 11 tués, dont neuf civils. Huit civils palestiniens, dont cinq membres d'une même famille ont péri vendredi sur une plage de Gaza dans un bombardement imputé à Israël qui a suscité une vive émotion et une large condamnation dans le monde. Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, et le chef d'état-major Dan Haloutz ont annoncé la veille que les résultats de l'enquête sur ce drame avaient blanchi l'armée. Le général Meir Klifi, en charge de cette enquête, a déclaré toutefois que la commission d'enquête "n'avait pas achevé ses travaux" et examinait la possibilité que les Palestiniens aient été tués par un engin non explosé utilisé dans le passé par l'armée, en poursuivant l'analyse d'un éclat retiré sur l'un des blessés évacués en Israël.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com