Mexique – Angola (0 – 0) : Manque de lucidité mexicaine





L’Angola, outsider suprême du Mondial 2006 selon les parieurs britanniques, a arraché un nul mérité (0-0) face au Mexique, qui lui permet de conserver un mince espoir de qualification pour les huitièmes de finale. Les Palancas Negras (Antilopes noires), réduits à dix en fin de match après l’exclusion d’André pour deux cartons jaunes (79’), devront à tout prix l’emporter lors de leur dernier match contre l’Iran mercredi et espérer un résultat favorable dans l’autre rencontre opposant le Portugal au mexique. Les Latino-Américains, avec quatre points, sont en ballottage nettement plus favorable. Rassurés par leur belle résistance contre le Portugal (défaite 0-1), les novices Angolais ne se sont pas laissé marcher sur les pieds. Combatifs, ils ont empêché les Mexicains de développer leur jeu, mais avec un seul attaquant de pointe, Akwa, ils ont manqué de présence dans la surface de réparation, quand leurs centres, souvent imprécis, arrivaient à destination. Leurs frappes lointaines, parfois puissantes à l’image de ce coup franc excentré de Mendonca (26’), n’étaient pas davantage cadrées. D’ailleurs, s’ils rivalisaient à la mi-temps avec les Mexicains au nombre de tirs (5 partout), ces derniers l’emportaient au nombre de frappes cadrées (3 à 0). L’une d’entre elles, un coup franc de Marquez dévié par le mur, avait même heurté l’extérieur d’un poteau (14’) et il fallut une belle sortie de Jao Ricardo pour empêcher Franco d’ouvrir le score juste avant la pause (45’), après que Jamba eut involontairement touché le ballon de la main dans sa surface. La partie s’emballa après la mi-temps. Sanchez dut d’abord capter une lourde frappe de Mendonca, puis Joao Ricardo réussit une nouvelle sortie devant Franco, avant d’être suppléé sur sa ligne par Jamba sur une seconde tentative d’Arellano (56’). Bravo, lui, écrasa trop son tir pour inquiéter le portier angolais (66’). Après l’exclusion d’André, le Mexique prit nettement l’ascendant, mais Joao Ricardo réussit une superbe envolée sur une frappe de Marquez (88’), avant d’être sauvé par son poteau sur une tentative de Bravo (88’). _______________________ Chances intactes Alors qu’on attendait la Tunisie, la Côte d’Ivoire ou le Ghana, c’est l'Angola qui a impressionné en ce début du Mondial. On a craint le pire pour les hommes de Gonçalvès à l’occasion de leur premier match contre le Portugal. Ce fut finalement une défaite très dure par la plus petite des marges qui a frustré les représentants africains. Cependant, il fallait confirmer tous ces progrès par la suite même si le second adversaire s’appelle le Mexique, un client habituel et expérimenté du Mondial, d’autant plus que ces Aztèques venaient de battre l’Iran et voulaient s’assurer au plus vite une place au second tour. Avant-hier soir, la réponse des Angolais était, on ne peut plus satisfaisante. Malgré la fatigue du premier match et la supériorité des Mexicains sur le papier, les coéquipiers du merveilleux keeper Joao Ricardo ont su négocier une rencontre qui fut, finalement, assez équilibrée. Les occasions, peu nombreuses, n’ont pas manqué des deux côtés et les Angolais, donnés comme une proie facile aux principaux favoris du groupe ont su résister, surtout lors du dernier quart d’heure quand ils ont évolué en infériorité numérique. Avec ce point récolté devant le Mexiqu, l’Angola entretient l’espoir de créer la surprise dans ce groupe car ses chances, quoique minimes, lui permettent encore de rêver. Rien n’est encore perdu pour les Palancas Negras qui ont fait honneur au continent noir. K.Z. _______________________ Gardien sans club ! Le gardien de but de l'Angola Joao Ricardo n'a actuellement pas de club mais cela ne l'a pas empêché d'être élu vendredi homme du match contre le Mexique, qui s'est soldé par un match nul (0-0) permettant à son équipe de rester dans le tournoi. Le doyen des Palancas negras (Antilopes noires), âgé de 36 ans, a réussi plusieurs arrêts décisifs au cours de la partie. Il a notamment réalisé deux belles sorties devant Franco (45’ et 56’) et une jolie envolée sur une frappe puissante de Marquez (88’). Il a également eu plusieurs coups de pouce du destin. Il a été suppléé par son défenseur Jamba sur une tentative d'Arellano (56’) et par ses poteaux sur deux tirs de Marquez (14’) et Bravo (88’). Parti d'Angola avec sa famille après l'indépendance en 1975, il connaissait très peu son pays quand il est apparu pour la première fois en équipe nationale en 1996. Aujourd'hui il compte 29 sélections, mais son avenir est incertain après la Coupe du monde, puisqu'il n'a plus de contrat, après avoir réalisé l'ensemble de sa carrière dans des clubs portugais mineurs. "Mon avenir? C'est de remporter le prochain match contre l'Iran", a-t-il simplement déclaré à ce sujet. En cas de victoire face à l'Iran, mercredi, l'Angola, qui participe à sa première Coupe du monde, peut se qualifier pour les huitièmes de finale, si le résultat de l'autre match du groupe D Portugal-Mexique lui est également favorable. "Je ne sais pas pourquoi il n'a pas de club", a commenté l'entraîneur du Mexique Ricardo La Volpe à son sujet. "Mais je pense qu'il a fait un très bon match."


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com