Hervé Di Rosa : Le tour du monde en 15 ans





Son point de départ s’est effectué ici-même, à Tunis : Hervé Di Rosa en est parti pour un voyage de 15 ans. A Tunis, il revient encore plus attaché à ses premières amours. Hervé Di Rosa est l’invité de l’Institut français de coopération. Il expose actuellement, en partenariat avec la ville de Tunis, au palais Kheireddine jusqu’au 20 mai. Quinze ans déjà, il n’a fait que déplacer son atelier ambulant à travers les quatre continents. De la Bulgarie et le Mexique en passant par Miami, l’île de la Réunion... l’artiste change à chaque fois de destination et avec les étapes de son travail. Le retour à Tunis est cité dans la quinzième étape et est marqué comme les autres par un trait plastique unique. Car l’artiste est de ceux qui choisissent d’être polymorphes. S’il découvre une technique, il l'a modèle sans problèmes pour en ressortir un genre artistique authentique. La preuve en est la multiplicité de son œuvre qui embrasse plusieurs techniques. On en cite le fixé sous verre, le bois peint et sculpté, la tapisserie, sans oublier les matériaux originaux non malléables par le commun des mortels, qui entre les mains de Dio Rosa sont triturés à souhait, tels que les coquilles d’œuf, la peau de Zébu, le bronze, etc. Côté thématique, Di Rosa s’inspire des thèmes traditionnels de l’imagerie populaire auxquels il ajoute des détails nourris des caractéristiques de la vie d’aujourd’hui. C’est ainsi que le dromadaire cohabite avec la voiture, que le cheval se retrouve sur le même fixé sous verre que le robot... Dans tout cela Di Rosa donne libre cours à son imagination pour nous inviter à rêver. On peut songer alors aux mille et une nuits, d’un voyage sur un tapis volant à travers différentes contrées du monde. Une chose est sûre : les éléments de l’iconographie de Di Rosa peuvent être saisis c’est-à-dire décodés par tout le public, toutes catégories d’âge confondues. Ce n’est autre que l’une des particularités d’un art universel confirmé. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com