Mamdouh Bahri : L’universalité dans l’art





Du Chili, aux Etats-Unis, de la France à la Grèce, en passant par le Maroc et le Qatar, Mamdouh Bahri fait défiler son art. Hors du temps, au-delà du délire, sa musique jazzy au rythme oriental, nous enveloppe, déroute les néophytes, enthousiasme les inconditionnels des rythmes. Depuis 1982 maintenant, le Tunisien natif de Sfax installé à Montpellier poursuit paisiblement son parcours. Sur scène, il sème son chemin de balades musicales qui laissent pantois plus d’un critique de musique dans le monde. «Et quand Mamdouh et ses musiciens montent sur scène, commente l’un d’eux, c’est une invitation à l’Orient qui est proposée au public». Guitariste de talent, Mamdouh Bahri réussit une véritable fusion entre le jazz à l’occidentale et les musiques du Bassin méditerranéen aux accents orientalisants. Mamdouh Bahri nous fait entrer dans son univers où des brassées de notes de musique américaine sont mêlées aux fines saveurs orientales. Tout le monde peut se retrouver dans ce genre musical authentique qui invite à l’écoute et surtout à la méditation. En fait, c’est l’universalité dans l’art que Bahri a pu atteindre, celle-là même qui fait rapprocher les peuples et donne à découvrir des contrées musicales encore en jachère jusqu'ici. Mamdouh Bahri est actuellement à son 5ème album «Tabarka» où il propose une alchimie musicale au confluent du jazz, du blues et du rock. Le tout est subtilement dosé à une musique aux consonnances africaines, méditerranéennes et latines. «Un pur moment de bonheur» s’exclame l’un des critiques qui a vu se produire l’artiste dans sa dernière tournée aux Emirats Arabes Unis en mars 2006. On apprend également que Bahri entouré de musiciens affûtés de son groupe Nefta s’est retrouvé cette année aussi au Chili en janvier et en février 2006 là où il a connu «un franc succès mérité». L’artiste tunisien prépare actuellement sa prochaine tournée au Liban prévue du 8 au 17 août et aux USA du 18 septembre au 30 octobre. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com