Pétrole contre nourriture : Tarek Aziz nie le recours aux pots-de-vin





Le Quotidien-Agences L'avocat de Tarek Aziz a indiqué hier que l'ancien vice-Premier ministre irakien, interrogé à Bagdad par le juge français Philippe Courroye, a démenti avoir reçu des pots-de-vin dans le cadre du programme "pétrole contre nourriture". "Le juge Courroye a interrogé Tarek Aziz en présence d'un juge irakien. M. Aziz a déclaré au juge qu'il se refusait à participer à un règlement de comptes politique", a expliqué à l'AFP Me Badi Aref, joint par téléphone. "Aziz a déclaré que les offres de sociétés et de personnes proches du peuple irakien ont été étudiées et retenues, mais que cela n'a donné lieu en aucun cas au versement de commissions ou de surtaxes. +Nous avons vendu le pétrole au même prix à tous+", a-t-il dit au juge français, selon l'avocat. "Aziz a refusé de répondre à de nombreuses questions, en particulier à celles portant sur des noms de personnes françaises qui seraient impliquées", a poursuivi Me Aref. Dans un entretien publié par le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France, le fils de l'ancien vice-Premier ministre, Ziad Aziz, a confirmé que le juge français a entendu son père deux fois et que ce dernier n'a livré aucun nom. Agé de près de 70 ans, Tarek Aziz s'est rendu aux forces américaines peu après la chute de Bagdad en avril 2003 et il est depuis détenu en Irak. Sa famille appelle à sa libération, déclarant que son état de santé est fragile et qu'il doit être soigné d'urgence à l'étranger.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com