Au marché central : Les fruits, bon marché, le poisson… hors de portée





Tunis-Le Quotidien La journée du dimanche était marquée par une flambée des prix du poisson au marché central. Les prix des légumes et des fruits restent en revanche dans les limites du raisonnable et à la portée. Le marché central était particulièrement dimanche boudé. Les travaux de réfection et de réaménagement du marché qui se poursuivent encore rendent le déplacement de la clientèle particulièrement difficile. Ceux qui n’avaient pas fréquenté les lieux depuis quelque temps se trouveront certainement complètement déboussolés. Le rayon des légumes, du poisson notamment ont changé de dispositions en raison des travaux. Quid des prix ? Ils sont abordables si l’on prend le soin de faire un petit tour et de comparer les prix avant de se décider. En effet, le prix de certaines légumes diffèrent d’un étalage à un autre. Les prix des pommes de terre, qui constituent le baromètre par excellence du cours du marché, se situent aux alentours de 480 millimes le kg. C’est le prix pratiqué depuis une longue période déjà. Les tomates sont par contre relativement élevées et n’ont pas encore atteint les prix abordables de la période estivale. Dimanche, elles étaient proposés à un peu plus d’un dinar le kg. Les piments par contre enregistrent un prix correct qui répond parfaitement aux besoins de la ménagère. Un kg de piment est proposé à partir de 480 millimes. Les prix varient d’un marchand à un autre. Les petits-pois et les lentilles restent relativement hors de portée des petites bourses. A deux dinars 500 millimes le kg, les lentilles enregistrent le prix le plus élevé des légumes durant la journée du dimanche. Les prix des fruits restent par contre variés. Les fruits de saison sont abordables. C’est ainsi que les pêches sont proposées à partir de 850 millimes le kg, les fraises sont affichées à raison de 650 la livre (bien qu’il s’agisse d’un système d’affichage illégal). On constate cependant l’apparition sur les étalages des primeurs de fruits telles que les mûres, (980 millimes la livre) les cerises (3d,000 la livre), chapitre poisson, il ne fait point de doute que les produits de la mer enregistrent une hausse remarquable des prix. Les très «respectables» sardines sont affichées entre 1d,200 et 2d,400. A ce prix le «poisson du peuple», comme on dit, pour une fois a toutes les chances de rejoindre le peloton du poisson noble. Ce dernier selon les espèces est proposé autour de 6 dinars. Le petit thon est affiché à 6d,600, le mérou à 9d,800, les crevettes quant à elles enregistrent un prix particulièrement élevé. Certaines espèces de crevettes sont vendues à 26d,000 le kg. Il est vrai qu’elles sont belles et affichent une fraîcheur inégalable. Un peu plus loin, leurs «cousines», moins nanties certes sont exposées à 7d,600. Les prix du poisson étaient relativement élevés, pourtant les conditions météorologiques ne sont pas particulièrement difficiles durant les derniers jours, du moins pour nous qui vivons sur la terre ferme. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com