Société Ellouhoum : De l’électricité à partir des déchets des abattoirs





Plusieurs milliers de tonnes de déchets d’abattage sortent chaque année des abattoirs des animaux de boucherie à travers le pays. Considérés depuis longtemps comme des facteurs polluants, ces sous-produits animaliers pourraient cependant servir comme source d’énergie. La société Ellouhoum de Tunis, envisage en fait l’installation d’un système de valorisation énergétique des déchets d’abattoir des viandes rouges. Tunis - Le Quotidien La technique n’est pas trop innovante en fait, car plusieurs pays surtout en Europe ont développé depuis plusieurs années des systèmes intégrés dans les établissements d’abattage des animaux de boucherie qui permettent de transformer les déchets en énergie électrique. L’énergie produite est utilisée sur le même site pour faire fonctionner les équipements de lavage et de congélation dans les abattoirs. Une opération qui permet de réaliser des économies considérables en matière de consommation de l’énergie électrique. La société Ellouhoum de Tunis, qui développe depuis quelque temps un programme de restructuration et de mise à niveau technique s’intéresse à l’installation d’un système de valorisation énergétique des déchets de ses abattoirs. Une première étape d’expérimentation et d’évaluation de ce système décidera par la suite la possibilité d’installer d’autres digesteurs dans d’autres abattoir de la filière-viande du pays. La société Ellouhoum qui prépare dans le cadre de son programme de restructuration, la création d’un technopôle des viandes rouges sur son site sis à El Ouerdia envisage d’installer un projet de production du biogaz par voie de digesteur anaérobique des déchets d’abattage. A travers ce projet, le biogaz est valorisé ensuite pour produire de l’électricité. Le projet devrait être capable de produire environ 800 méga watts/heure par an. Le projet qui figure dans une canevas de Mécanismes de Développement Propre (MDP) élaboré par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), sera réalisé, une fois les études techniques parachevées, par le biais d’une enveloppe budgétaire estimée à près de 1,64 million de dinars. Il permettra également de réaliser une économie d’énergie équivalente à 0,3 Ktep par an. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com