Policiers du Fatah et paramilitaires du Hamas s’affrontent : Le chaos





Des heurts interpalestiniens ont opposé des policiers proches du Fatah à la force paramilitaire du gouvernement Hamas qui vient d'être déployée à Gaza, amenant les Etats-Unis à parler d'une "situation dangereuse". Le Quotidien-Agences Après un face-à-face tendu jeudi entre les deux camps à Gaza, des heurts ont éclaté dans la nuit blessant deux membres de la police, traditionnellement acquise au parti Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et un paramilitaire du mouvement rival Hamas. Depuis la victoire électorale des islamistes du Hamas en janvier et l'entrée en fonctions en mars d'un gouvernement sous sa direction, les heurts se sont multipliés entre les deux camps qui s'en rejettent la responsabilité. Les tentatives de les stopper ont échoué. "Une voiture suspecte a ouvert le feu sur des policiers puis sur la force spéciale (du gouvernement), provoquant des affrontements entre les deux camps", a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Khaled Abou Hilal. Mais selon la version de la police, "des membres de la nouvelle force auxiliaire ont tiré sur une voiture de la police". Le porte-parole du Fatah, Tawfic Abou Khoussa, a accusé les Brigades Ezzedine al-Qassam, bras armé du Hamas. "Une voiture de la sécurité nationale a été volée et utilisée contre la police. Il est certain que cela est le fait d'une milice noire qui veut créer des tensions". Mercredi, des auxiliaires armés de la police appartenant à une nouvelle force de 3.000 hommes sous les ordres directs du ministre de l'Intérieur Saïd Siam, ont été déployés dans Gaza, malgré l'opposition de M. Abbas à la formation d'un organe de sécurité indépendant. * Renfort Pour faire contrepoids au déploiement de ces auxiliaires, en grande majorité des membres des Brigades Ezzedine Al-Qassam, Abbas a décidé jeudi de renforcer à Gaza la présence des services de sécurité contrôlés par le Fatah. Des centaines de membres des deux forces rivales étaient encore présents dans les rues vendredi à de nombreux carrefours et à l'entrée de certains quartiers de la ville de Gaza. Les tensions entre le Hamas et le Fatah avaient déjà provoqué la semaine dernière des heurts d'une ampleur sans précédent depuis la victoire électorale en janvier du Hamas, dans lesquels deux membres du Fatah et un du Hamas avaient été tués. Cette situation tendue a amené les Etats-Unis à appeler à placer les groupes armés ans les territoires palestiniens sous la seule autorité de Abbas. "C'est une situation très dangereuse. Il est aussi vrai que beaucoup de Palestiniens innocents sont pris dans les violences et la criminalité qui continuent d'être un problème dans les territoires palestiniens", a déclaré la secrétaire d'Etat Condoleezza. Selon elle, la présence massive d'hommes armés de factions rivales dans les rues provoque un climat "très tendu". "Nous estimons que le président Abbas, qui d'après nous a la confiance du peuple palestinien, devrait être capable d'exercer ses responsabilités en tant que président du pays". ____________________________ Gaza Un responsable du Hamas tente d'introduire 600.000 euros Gaza-Agences Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a été interpellé hier au point de passage de Rafah, entre l'Egypte et la Bande de Gaza, alors qu'il tentait d'introduire clandestinement plus de 600.000 euros dans ce territoire, a-t-on appris de sources palestinienne et européenne. "Sami Abou Zouhri revenait de l'étranger et était porteur de 639.000 euros dans une ceinture qu'il portait sur lui", a déclaré un haut responsable palestinien au point de passage. Selon ce responsable, les forces de sécurité palestiniennes ont confisqué cette somme dont l'origine n'a pas été précisée.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com