Association tunisienne d’aide aux sourds : Le cri du silence s’intensifie





Un théâtre pour des enfants sourds: on prend à bras-le-corps l’événement surtout qu’il s’agit de pièces qui réussissent. On évoque dans ce sens l’exemple du «Cri du silence» qui récidive avec «Le témoin». Le tout est concocté par l’Association tunisienne d’aide aux sourds (section Douz). L’Ecole des sourds de Douz a produit une pièce mise en scène par Ibrahim Ben Amor: «Le Cri du silence». Ce qui importe dans ce théâtre qui se joue par des enfants sourds est, en fait, l’intérêt que l’on porte à cette catégorie de personnes différentes, à la possibilité qu’on leur donne pour exprimer ce qui meut leur corps et leur esprit. Leur théâtre est avant tout un art qui laisse parler ce qu’il y a de plus profond chez l’être humain: sa conscience. C’est quasiment le thème de la pièce «Le cri du silence» où le silence profond gagnant l’espace de la scène en dit long sur un état d’esprit qui pèse sur la fille Zeïneb. La comédienne, tout en silence, donne libre cours à ses pérégrinations d’idées. On dit que dans le silence les choses résonnent et l’on retrouve le vrai sens des mots. Voilà que les mots muets expriment les maux. Et l’on s’en libère. C’est ainsi que la pièce de théâtre arrive à sa fin en produisant un effet de purgation du refoulé le catharsis. Dans ce genre de théâtre de sourds, c’est le mouvement du corps qui prend le dessus. Le silence y est utilisé comme langage musical qui complète le mouvement du corps… La deuxième pièce préparée par la même troupe théâtrale de l’ATAS-Douz est «Le témoin» qui sera donnée en première le samedi 27 mai, à Douz également. Une conférence de presse sera organisée la même journée pour faire état des activités de l’Association. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com