Métiers du patrimoine : Quel avenir pour les diplômés ?





70% des diplômés des métiers du patrimoine sont en attente d’un travail. Plusieurs facteurs entrent en jeu. L'Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine a organisé dans ce cadre une journée de rencontres pour débattre de l’emploi et de l’employabilité de cette spécialité. Tunis - Le Quotidien Quel avenir pour les diplômés des métiers du patrimoine? C'est à cette question que la journée de rencontres organisée tout récemment par l’Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine a essayé de répondre. A vrai dire, ce débat sur l’emploi et l’employabilité d’une telle spécialité aurait dû être lancé avant sa création. Mais les responsables de l’Institut ainsi que des intervenants dans des secteurs concernés par ces diplômes semblent vouloir s’y mettre même avec du retard. Car l’objectif aujourd’hui est d’éclairer la lanterne des jeunes diplômés dans ces métiers qui ne savent pas, en effet, par où ni comment attaquer la vie professionnelle. Habib Baklouti, le directeur de l’ISMP pense qu’il est toujours difficile de convaincre les jeunes diplômés que leur avenir est dans le secteur privé : “la majorité de ceux qui seront recrutés dans les métiers du patrimoine vont travailler dans le secteur privé”, explique le conférencier. Et pour ce faire, les étudiants sont appelés d’après lui à faire preuve de plus d’audace, de savoir-faire et d’esprit d’initiative, lesquelles qualités sont indispensables pour engager une carrière dans le privé. Cependant, ces traits de caractère qui sont nécessaires doivent être également consolidés par une pareille formation. Ce qui ne semble pas être le cas selon les étudiants des métiers du patrimoine. Lors du débat, certains ont mis le doigt sur la prédominance de la théorie. Certes, les stages ne sont pas exclus du cursus. Mais ils ne sont pas suffisants pour permettre à un étudiant de se préparer au travail du terrain. Pourtant, le directeur de L'Institut a un autre son de cloche. Il estime que le formation dans ces métiers est en grand partie théorique : “70% du programme de formation sont pratiqué. La théorie n’en occupe que 30%. Et c’est à partir des troisième et quatrième année que les étudiants entament les stages notamment de fin d’études”, Habib Baklouti. Le tourisme, l’équipement et l’environnement ont été représentés hier à cette journée de par leur implication dans le patrimoine. On parle de tourisme culturel, de circuits touristiques, de patrimoine naturel et de tourisme écologique ainsi que de sauvegarde du patrimoine. Mais, peu de choses sont réalisées de manière concrète. Autant de projets sans qu’il n’y ait une véritable dynamique en conséquence. * Baliser le terrain D’ailleurs, Samia Yaïche, de l’Association de Sauvegarde de la Médina pense qu’il est indispensable de créer des entreprises qualifiées dans la restauration du patrimoine. Car, celles qui s’en chargent actuellement ne le sont pas. Une initiative pareille permettra sans doute d’employer des diplômés des métiers du patrimoine. Quant au ministère de l’environnement et du développement durable, son représentant signale qu’une plate-forme d’absorption de ces jeunes existe au sein du ministère. Mais à son avis, les diplômés de l’SMP ne sont pas qualifiés dans le préservation du patrimoine naturel. Par ailleurs, un autre problème se pose au niveau des étudiants eux-mêmes. Ils ont tendance à ignorer complètement les besoins du marché en la matière ou encore les opportunités qui existent. D’autant plus que les législations et les lois relatives au travail indépendant, au secteur privé et à l’exploitation du patrimoine doivent être révisées en vue d’être actualisées. Décidément, les métiers du patrimoine sont dans une impasse. D’une part, il s’agit de spécialité méconnue surtout que les jeunes s’orientent vers des filières classiques. Et d'autre part, la spécialité a été créée sans lui préparer le terrain quant aux débouchés et aux besoins du marché. Mieux vaut tard que jamais surtout que 70% des diplômés de ces métiers sont en attente d’un travail. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com