Les grandes puissances toujours pas d’accord : L’Iran prêt à des concessions





Les grandes puissances, malgré des "progrès", n'ont pas réussi à finaliser des propositions pour convaincre l'Iran de renoncer à son programme nucléaire controversé, mais selon l'AIEA, Téhéran est prêt à des concessions dans le cadre d'un accord général avec l'Occident. Le Quotidien-Agences «La réunion de Londres a enregistré de bons progrès", a déclaré hier la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, mais faute d'accord les discussions doivent se poursuivre au niveau ministériel. Les représentants des cinq membres permanent du Conseil de sécurité de l'Onu (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France) et de l'Allemagne, devaient se mettre d'accord sur des propositions mêlant mesures incitatives et sanctions économiques pour amener l'Iran à renoncer à son enrichissement d'uranium dont les Occidentaux craignent qu'il ne soit utilisé à des fins militaires. Les autorités iraniennes n'ont fait aucun commentaire après la fin de la réunion de Londres, mais le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad avait affirmé avant même la rencontre que l'Iran ne renoncera pas à "ses droits légitimes" mettant en garde les ennemis contre toute tentation d'attaquer son pays. Les responsables iraniens ont toutefois affirmé qu'ils étaient prêts à un dialogue sans conditions avec l'Occident pour régler la question nucléaire. "Nous pensons que des négociations sans pré-conditions sont la meilleure solution et nous l'accueillons favorablement et nous y sommes prêts", avait déclaré Hamid Reza Assefi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Visiblement, le principal dirigeant iranien en charge du dossier nucléaire, Ali Larijani, a tenu un discours identique lors de sa rencontre avec Mohamed Elbaradei, directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). En visite à Washington, Elbaradei a déclaré que l'Iran était prêt à renoncer à l'enrichissement industriel sur son propre territoire pendant plusieurs années dans le cadre d'un accord général avec l'Occident mais refusait d'abandonner ses activités de recherche dans ce domaine. * Elbaradei temporise Cette affirmation est en contradiction avec les déclarations du président Ahmadinejad qui avait affirmé que l'Iran n'était pas prêt à renoncer à son "or" pour obtenir "les noix et le chocolat" offerts par les Européens. L'Iran a annoncé le 11 avril avoir réussi à enrichir l'uranium à 3,5% puis 4,8% dans le cadre de ses activités de recherche qu'il refuse d'abandonner malgré les demandes du Conseil de sécurité. "Les Iraniens, pour autant que je sache, sont d'accord sur le principe pour que, pendant quelques années, leur enrichissement (d'uranium) soit intégré dans un consortium international hors d'Iran", a déclaré Elbaradei. Les Iraniens ont ajouté qu'une fois que les négociations auraient repris sur leur programme nucléaire, ils seront prêts à autoriser un renforcement des inspections, a assuré Elbaradei après avoir rencontré la chef de la diplomatie américaine Condoleezza Rice. "C'est aux Etats-Unis de décider s'ils veulent être impliqués dans le processus de négociations", a ajouté Elbaradei, qui avait déjà appelé Washington à s'impliquer directement dans des discussions avec l'Iran. Pour sa part, Washington a rejeté tout dialogue avec Téhéran tant qu'il n'aura pas accepté de suspendre ses activités liées à l'enrichissement d'uranium.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com