Ecume 2006 : La flamme de la créativité





Ils devraient avoir le «feu sacré» ces artistes qui, d’une année à une autre, tentent de garder étincelante la flamme de la créativité. C’est du moins leur souhait, eux qui, depuis 2001 déjà, ont adhéré à l’association «Echanges culturels en Méditerranée» Ecume organise, en effet, du 24 mai au 1er juillet sa 4ème biennale des arts sous le thème «Le feu sacré». La conférence de presse, tenue hier dans un hôtel de la place, avait pour objet de présenter le programme de la manifestation qui, selon les dires de Fatma Ben Bechr, la présidente d’Ecume Tunisie «permet de faire connaissance de nous-même en nous positionnant par rapport à d’autres pays». A chaque fois, Ecume invite sous nos cieux des artistes du pourtour de la Méditerranée qui viennent échanger leur expériences artistiques avec les nôtres. Cette année, les destinations des uns et des autres ont changé pour ouvrir nos frontières à des artistes de contrées bien éloignées de l’Argentine et de Sarajevo. Sans oublier Alger, Athènes, Barcelone, Beyrouth, Bordeaux, Cologne, Damas, Essaouira, Gênes, Istanbul, La Valette, Marseille, Séville, Tunis, Nabeul, Sfax, Jerba et Gabès. «Le feu sacré» est la thématique choisie cette année après avoir travaillé auparavant sur bien d’autres thèmes comme la terre et la mer. «... Ces artistes exposants sont arrivés à montrer que le sacré est d’abord une expérience affective et émotionnelle, avant qu’elle ne se prolonge en représentations, en pratiques ou en catégories intellectuelles ...» précise-t-on. C’est le palais Kheireddine qui abritera les tableaux des artistes qui vont s’adonner au «feu sacré» pour nous apporter de l’art qui donnerait à rêver, peut être bien à songer à une page essentielle de la mythologie grecque, là où Prométhée vole le feu aux dieux pour en faire profiter l’homme... Parmi les axes forts de la programmation, on peut citer qu’il s’agit de s’ouvrir cette année sur d’autres spécialités artistiques comme la musique. Ahmed El Ouafi donnera, en effet, un concert de chants traditionnels tunisiens (Toubouaa). Un atelier de verre soufflé à l’Espace Sadika, une projection du film «La danse du feu», une excursion et un atelier d’élèves du lycée pilote de Tunis sont aussi au menu de la manifestation. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com