Elbaradeï critique les grandes puissances : “Le nucléaire nourrit le nucléaire”





Les Etats-Unis et les autres puissances refusant de renoncer à leurs arsenaux nucléaires encouragent ainsi les autres pays à suivre leur exemple et le monde pourrait bientôt devoir faire face à une multitude de pays dotés d'armes nucléaires, a prévenu Mohamed Elbaradeï. Le Quotidien-Agences "Le nucléaire nourrit le nucléaire. Tant que certains pays continueront à insister sur le caractère indispensable des armes nucléaires à leur sécurité, d'autres pays souhaiteront s'en procurer. On ne peut échapper à cette simple vérité", a déclaré le directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique. "Au sujet des armes nucléaires, nous arrivons à la croisée des chemins. Soit nous commençons à prendre nos distances avec une sécurité fondée sur les armes nucléaires, soit nous devons nous résigner à la prédiction formulée dans les années 1960 par le président (John F.) Kennedy d'un monde avec 20 à 30 puissances nucléaires", a poursuivi le lauréat du prix Nobel de la paix en 2005, qui s'exprimait devant des étudiants en relations internationales à l'Université Johns Hopkins. Ces propos prennent une résonance particulière en raison de la crise liée au programme nucléaire iranien. Les Etats-Unis exigent de l'Iran le renoncement à ses ambitions nucléaires. Washington soupçonne Téhéran de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous le couvert d'un programme civil, ce que dément l'Iran. Elbaradeï a en outre souligné que les efforts visant à contrôler les transferts internationaux de technologies et de savoirs dans le domaine nucléaire étaient de plus en plus compliqués par le développement des techniques d'information. Au bout du compte, ces efforts contre la prolifération nucléaire "ne feront que retarder l'inévitable", a prédit Elbaradeï. Il a donc invité les étudiants qui constituaient son auditoire à mettre en place "un système alternatif de sécurité collective (...) qui élimine le besoin d'une dissuasion nucléaire". "Ce n'est que lorsque les puissances nucléaires auront réussi à ne plus être dépendantes de ces armes pour leur sécurité que la menace de prolifération nucléaire par d'autres pays sera réduite de manière significative", a insisté Elbaradeï. Il s'est dit incapable de présenter un tel système alternatif. Cependant, a-t-il ajouté, si la communauté internationale intensifie ses efforts pour améliorer le niveau de vie dans les pays en développement, "la probabilité d'un conflit chutera immédiatement".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com