Front libanais : Le désarmement des Palestiniens et du Hezbollah en question





Beyrouth-Agences L'embrasement du front libano-israélien pose de façon aiguë le problème de l'application de la résolution de l'ONU sur le désarmement du Hezbollah libanais et des groupes palestiniens prosyriens, qui permettrait à l'Etat libanais d'être seul maître de son territoire. Dimanche, des affrontements entre le Liban et Israël ont impliqué, pour la première fois, en même temps le Hezbollah libanais et le Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) dont les bases ont été bombardées par l'aviation israélienne. Un cessez-le-feu a été obtenu grâce à la médiation de la Force intérimaire des Nations unies pour le Liban (Finul), dans une des pires flambées de violence depuis le retrait israélien du Liban sud en mai 2000. Il était toujours en vigueur lundi matin. Mais le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, s'est inquiété d'une nouvelle escalade. "Tant qu'Israël continuera à occuper les Fermes de Chebaa, la situation restera tendue à la frontière libano-israélienne", a-t-il déclaré, réitérant son appel à "la communauté internationale afin qu'elle fasse pression sur Israël et qu'elle obtienne son retrait de ce qui reste des territoires libanais occupés", en allusion au secteur controversé des Fermes de Chebaa. Aux yeux du Premier ministre, "le retrait israélien fera que l'Etat libanais aura l'exclusivité de l'usage de la force sur son territoire". Mais la question semble bien plus compliquée, les groupes radicaux palestiniens d'obédience syrienne présents au Liban ne manifestent aucune volonté de déposer les armes, pas plus que le Hezbollah dans l'état actuel des choses. Le chef du FPLP-CG, Ahmad Jibril, qui réside à Damas, a affirmé ce week-end que sa formation coordonnait ses opérations contre Israël avec le Hezbollah et a réaffirmé son opposition au désarmement des Palestiniens du Liban, réclamé par l'ONU.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com