Marché de gros de Bir El Kassaâ : Saisie de 130 tonnes de denrées impropres à la consommation





Pas moins de 130 tonnes de denrées alimentaires composées de fruits, légumes et poissons ont été retirées du marché de gros de Bir El Kassaâ au cours du mois de mars 2006 pour non conformité aux règlements en vigueur en matière d’hygiène alimentaire. Les services d’analyse biochimique ont constaté en fait un usage abusif des pesticides et des eaux usées dans le traitement et le lavage de ces denrées. Tunis-Le Quotidien Les services de l’hygiène et du contrôle de la qualité alimentaire des produits frais, relevant du marché de gros de Bir El Kassaâ ont fait preuve de grande vigilance tout au long du mois de mars dernier pour barrer la route aux produits impropres à la consommation. Les opérations d’analyse biochimique effectuées au cours du mois dernier ont permis en fait de saisir plusieurs tonnes de denrées suspectes entre fruits, légumes et poissons. Soumis à un traitement microscopique, des échantillons prélevés sur les marchandises qui ont transité par le marché de gros de Bir El Kassaâ, ont révélé que les produits analysés contenaient de substances chimiques pouvant présenter un danger pour la santé du consommateur. La quantité globale qui a fait l’objet d’un échantillonnage et d’une analyse biochimique est de l’ordre de 39,4 mille tonnes. On y trouve 26 mille tonnes de légumes, 12,4 mille tonnes de fruits et 1 tonne de poissons. Suite aux analyses effectuées il a été constaté la présence d’un taux plus ou moins élevé de substances chimiques dans les produits analysés. Il s’agit notamment de résidus de pesticides et d’autres produits de traitement chimique employé par certains agriculteurs de manière abusive. Aussi, on a constaté le recours fréquent aux eaux usées dans le lavage et le nettoyage de certains produits dont la qualité s’est trouvée affectée. La quantité de produits ayant ainsi fait l’objet d’une saisie se situe aux alentours de 133 tonnes, dont la grande partie est composée de légumes (114 tonnes) soit 86%. Pour remédier à ce phénomène d’usage abusif des pesticides chimiques dans le traitement des produits agricoles et l’utilisation des eaux usées dans le lavage des produits destinés à la commercialisation, les départements concernés envisagent de renforcer le contrôle directement au niveau des zones de production tout en multipliant les actions de sensibilisation auprès des agriculteurs. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com