L’Irak à la recherche d’un nouveau Premier ministre





Désormais libres de choisir un remplaçant au Premier ministre sortant Ibrahim Jaâfari, les dirigeants chiîtes d'Irak ont jusqu'à aujourd’hui pour s'accorder sur un nouveau candidat et relancer le processus de formation d'un gouvernement d'union nationale. Le Quotidien-Agences Deux noms ont commencé à circuler, mais toute candidature finale doit faire l'objet d'un accord global au sein de l'Alliance unifiée irakienne (AUI), le bloc parlementaire chiite fort de 128 députés au Parlement de 275 membres. Un député chiite a affirmé hier que le parti Dawa de Jaâfari avait l'intention de proposer deux candidats, Jawad al-Maliki et Ali Adib. "Des réunions sont en cours au sein du parti et avec la mouvance (du chef radical chiite Moqtada) Sadr et deux noms se dégagent pour être candidats au poste de Premier ministre, ceux de Maliki et Adib", a déclaré Hassan al-Sanid, élu du parti Dawa. Selon lui, une entente entre les composantes de l'Alliance, dont le puissant Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII) donne au parti Dawa la possibilité de présenter un candidat au poste de Premier ministre. "Des contacts sont en cours également pour explorer les réactions des autres blocs politiques à ces candidats potentiels", a-t-il ajouté à propos des alliances kurde et sunnite qui ont farouchement rejeté Jaâfari, initialement investi par l'Alliance. * Deux noms Selon lui, les deux noms seront soumis à une réunion dans l'après-midi des chefs des sept composantes de l'AUI. "Ibrahim Jaâfari n'est pas dans la course", a assuré ce député à propos du Premier ministre sortant qui a laissé à l'AUI le choix de le proposer ou non au même poste et expliqué dans la nuit à la télévision avoir choisi de ne pas constituer un obstacle au processus politique dans le pays. Selon le député chiîte, le choix d'un seul candidat du parti Dawa pourrait faire l'objet d'un consensus lors de la réunion des sept avant d'être soumis aujourd’hui, avant la réunion du Parlement, à l'instance politique de l'AUI. Maliki, 56 ans, est le numéro deux du Dawa. Originaire de Hilla, chef-lieu de la province de Babylone, il est détenteur d'un doctorat en arabe. Il a fui l'Irak dans les années 1980 lorsque le parti Dawa avait été banni par l'ancien régime de Saddam Hussein.Il présidait dans l'ancien Parlement la Commission de la sécurité. Adib, 62 ans, est quant à lui originaire comme M. Jaafari, de la ville sainte chiite de Kerbala. Il est diplômé de psychologie de l'université de Bagdad, avant de s'exiler en Iran et de retourner dans le pays dans le sillage de la chute du régime de Saddam Hussein. Il présidait la Commission de l'éducation dans l'ancien Parlement. En reportant la réunion du Parlement initialement prévue jeudi, les dirigeants irakiens de tous les bords ont espéré pouvoir proposer aujourd’hui à la chambre un accord global sur les neuf postes à la tête de l'Etat. Il s'agit de ceux de président de la République, de chef de gouvernement, de président du Parlement et de leurs six adjoints. Si un tel accord est approuvé par les députés, le président pourra alors choisir un Premier ministre et lui confier la tâche de former, dans un délai de 30 jours, le prochain gouvernement. Jaâfari a lâché prise après avoir longuement résisté aux pressions internes, y compris parmi les membres de sa propre coalition. La pression internationale est allée en s'accentuant avec notamment des appels de plus en plus pressants du président américain George W. Bush à former rapidement un gouvernement d'union nationale pour juguler la violence. * Attaques Ces violences ont fait sept tués, dont six policier, et treize blessés dans des attaques à Bagdad et au nord de la capitale. Cinq membres des commandos de la police qui se rendaient à Mossoul, ont été tués et un blessé par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur leur véhicule, a annoncé une source policière. Un policier a été tué et un civil blessé par des hommes armés à Khalès, à 80 km au nord de Bagdad, a indiqué une autre source de sécurité. Un boulanger chiite a été abattu alors qu'il se rendait à sa boutique dans le quartier de Doura, dans le sud de Bagdad. Trois policiers ont été blessés dans l'explosion d'un engin artisanal au passage de leur véhicule de patrouille, dans l'ouest de Bagdad. Une équipe d'enquêteurs a été dépêchée sur les lieux peu après et huit d'entre eux ont été blessés lors de l'explosion d'une deuxième bombe. Par ailleurs, deux corps non identifiés ont été retrouvés dans le nord et le sud de la capitale. Les deux hommes, les mains liées, avaient été tués par balles.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com