Projet Taparura : Le rythme s’accélère





Entamés depuis le 6 avril les travaux de la réalisation du projet de Taparura seront accélérés pour permettre de réconcilier la ville de Sfax avec la mer. Tunis - Le Quotidien Selon nos sources auprès de la Société d’Etudes d’Aménagement des côtes nord de la ville de Sfax, les travaux de la réalisation du projet Taparura, entamés au début du mois courant suite à une décision présidentielle vont bon train. Ces travaux permettront, en effet, de gagner des terrains sur la mer. La surface à urbaniser est de près de 260 hectares. Ils toucheront toute la côte nord de la ville qui s’étend du port de commerce jusqu’à l’amphithéâtre de plein air à six km du centre ville. Le nouveau centre urbain «Taparura» à créer, comprend trois principales composantes. Il s’agit de l’aménagement d’un parc urbain important de 72 ha sur le dépôt de phosphogypse après son ramassage son isolement et sa couverture avec du remblai, l’aménagement d’une promenade de longueur approximative de trois km le long de la plage réhabilitée d’un côté et la route de la corniche projetée de l’autre côté, ainsi que l’aménagement de musées océanographiques pour aquarium, pour aqualand et pour club nautique. La réalisation de ce projet a été confiée à un groupement tuniso-belge englobant les sociétés «Sonatra/Get» (Tunisie), «Envisan» (Belgique) et «Jean De Nul» (Belgique). La mission d’assistance technique au groupement lors des travaux a été confiée, suite à un appel d’offres international, au groupement d’études DHV (Hollande) /SCET (Tunisie). Le bureau d’études hollandais «Royal Haskoning» a été chargé, pour sa part, pour la mission de supervision des travaux. Le coût de ces deux missions est estimé à 6,3 millions de dinars financés sous forme de don de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Le coût total du projet en général est estimé à 140,5 millions de dinars, alors que la durée des travaux devrait atteindre 28 mois. Le financement de ce projet sera assuré par un prêt de 34 millions d’euros de la BEI. Les taxes seront financées par le budget de l’Etat, alors que le reste du montant des travaux sera financé par des institutions financières européennes. Il y a lieu de rappeler que le projet Taparura a démarré depuis près d’une décennie avec la réalisation de plusieurs études portant sur sa faisabilité technique et sa rentabilité et qui ont permis de définir ces caractéristiques. Quelques actions ont été, par ailleurs, menées sur terrain visant principalement l’arrêt des sources de pollution et la réalisation des travaux préparatoires liés au projet. M.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com