Denise Jannah : «C’est le jazz qui m’a choisie»





Elle parle en chantant. Denise Jannah, une superbe femme qui sait bel et bien laisser son charme opérer. De sa passion fougueuse de la musique, de ses rêves artistiques, de sa philosophie dans la vie et de la Tunisie, Denise Jannah nous a parlé à cœur ouvert. Des études juridiques en études musicales, la carrière de Denise Jannah a connu un virage à 360°. Est-ce un pur hasard ou une décision qui a traîné? C’était une décision à prendre car je me suis rendue compte que je suis née pour chanter. Je pense que j’ai chanté même quand j’étais un fœtus. La musique coule dans mes veines, fait battre mon cœur, fait danser mon âme. Je pense que la musique est une affaire de famille, c’est une sorte d’héritage. J’ai ouvert les yeux sur les chants mélodieux de ma mère et de ma grand-mère. En étudiant le droit, j’ai découvert que c’était le bon choix… Mon amour pour la musique a été plus grand et je n’ai pas pu résister davantage à cet appel, à ce charme qu’exerce la musique sur moi. Je suis contente de mon choix parce que je suis convaincue que la musique est mon plus beau destin. Vous avez un CV blindé d’expériences avec différentes formations musicales, vous avez chanté le jazz, le rock, la salsa… et vous avez pris part dans deux comédies musicales. Vous êtes une vraie aventurière! Oui, j’adore les aventures… Il faut prendre les risques si on veut, vraiment, aller loin! A chaque fois que je suis invitée pour jouer avec un groupe, je sais pertinemment que je vais apprendre de nouvelles choses, je vais nourrir mon expérience avec de nouvelles idées grâce à des rencontres au Japon, au Chili, aux Caraïbes, en Belgique, en Serbie, en Indonésie, en Algérie, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis d’Amérique… et à chaque fois, je sens que j’ai appris une nouvelle chose. J’aime chanter dans tous les styles parce que j’aime la musique mais je pense que le jazz, spécialement, m’a choisie et ce n’est pas moi qui ai choisi le jazz… Cette sensation me donne de la force, me pousse en avant. Cet amour me donne des ailes. La musique est ma thérapie. Vous parlez de la musique comme si vous étiez à votre premier album, à votre première tournée. Quels projets artistiques vous tiennent à cœur? J’ai la tête pleine d’idées et le cœur animé de mille et une passions. Vous savez quand j’ai voulu étudier la musique, j’ai pensé à élargir mes connaissances, à enrichir les techniques vocales et surtout à forger ma personnalité d’artiste… Un chanteur n’est pas uniquement un bon interprète et pour moi c’est très important de sentir cette progression et ce développement dans ma manière de chanter. Mes études musicales au conservatoire à Hilversum (Pays-Bas) m’ont permis d’enseigner la musique et de transmettre ce savoir et cette passion aux nouvelles générations. Actuellement, quand j’assiste aux concerts de mes étudiants et que je sens cette évolution, je me sens très heureuse en pensant que j’ai réussi ma mission. Je crois beaucoup que Dieu m’a donnée cette voix pour que je puisse partager avec les gens les moments de douleur et de bonheur. L’essentiel pour moi, c’est d’être à l’écoute des gens. Avant chaque concert, je remercie Dieu qui m’a donné une voix… un don qui m’a permis d’unir les gens et d’être proche d’eux. Vous êtes à votre première visite en Tunisie. Quelles sont vos impressions? Il y a quelques mois, j’étais en train de naviguer sur Internet pour choisir une nouvelle destination pour savourer mes vacances. La Tunisie a été sur ma liste et voilà que le destin a voulu que je visite ce joli pays dans le cadre d’un concert. J’ai été vraiment touchée par cette invitation qui est venue dans un moment délicat… La semaine dernière, j’ai perdu ma grand-mère et ma cousine, c’était trop dur et je pense que mes séjours tunisiens vont m’aider à surpasser cette douleur. Après quelques heures de mon arrivée, j’ai remarqué que le goût de vos oranges ressemblent beaucoup à celui des oranges de mon beau pays le Suriname… Et comme j’adore ce pays… je suis vraiment nostalgique! Interview réalisée par Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com