Conflit entre le Fatah et le Hamas : Abbas exclut la guerre civile





Le leader palestinien Mahmoud Abbas, en visite à Ankara, a affirmé hier qu'il ne permettrait pas une guerre civile entre son parti le Fatah et le mouvement islamiste Hamas et appelé le monde à ne pas punir les Palestiniens en les privant d'aide. Le Quotidien-Agences "Nous avons tout fait pour ramener le calme et éviter une lutte entre les factions. Nous ne permettrons pas que cela dégénère en guerre civile", a déclaré Abbas lors d'une conférence de presse. "Des heurts ont eu lieu ci-et-là mais la guerre civile est une ligne rouge et personne ne veut en arriver là. Certains ne veulent pas que le peuple palestinien jouisse de la stabilité et veulent que la situation se détériore davantage mais nous sommes suffisamment vigilants pour ne pas tomber dans ce piège", a-t-il ajouté. Les tensions entre Hamas et le Fatah dans le cadre d'une lutte de pouvoir entre la présidence de l'Autorité palestinienne et le gouvernement issu du mouvement islamiste ont provoqué des heurts qui ont fait plus de trente blessés au cours du week-end. Abbas, qui s’est entretenu hier avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, a averti une nouvelle fois que la situation économique dans les Territoires palestiniens frôlait "la catastrophe" en raison de l'arrêt de l'aide financière occidentale depuis l'entrée en fonctions en mars du gouvernement Hamas. Il a appelé le monde à ne pas punir les Palestiniens pour leurs choix électoraux. "La situation économique est difficile et presque catastrophique. Nous discutons avec les donateurs d'un mécanisme qui permettra de faire parvenir les aides afin que les citoyens et les fonctionnaires puissent faire face aux besoins de la vie quotidienne", a-t-il dit. "Nous appelons le monde entier à ne pas punir le peuple palestinien et à ne pas les priver d'aide car cela aura de graves conséquences sociales et économiques sur notre peuple", a-t-il dit. Abbas a affirmé vendredi avoir proposé aux donateurs de verser leurs aides directement à son bureau pour contourner le gouvernement Hamas qu'ils boycottent. Cette proposition doit être au centre de ses discussions pendant sa tournée, qui après la Turquie le conduira en Norvège, en Finlande en en France. * Négociations Abbas a en outre appelé lors de la conférence de presse le prochain gouvernement israélien d'Ehud Olmert à "revenir à la table des négociations pour appliquer la Feuille de route", le dernier plan de paix international. Il a averti que la solution unilatérale que Olmert envisage de mettre en œuvre en Cisjordanie occupée "ne fera que perpétuer le conflit indéfiniment". Abbas a estimé à cet égard que la Turquie, qui entretient d'étroites relations avec Israël, pouvait contribuer à une reprise des négociations israélo-palestiniennes. __________________________ Le porte-parole du cabinet palestinien : Les menaces d’Abou Mazen aggraveront le conflit Gaza-Agences Les menaces voilées du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a affirmé disposer des pouvoirs pour destituer le gouvernement du Hamas, "aggraveront le conflit avec le cabinet", a affirmé hier son porte-parole Ghazi Hamad. "Ces déclarations n'aideront pas et aggraveront le conflit entre la présidence et le gouvernement. Menacer sans cesse le gouvernement encouragera certains pays à l'isoler encore plus", a indiqué le porte-parole du cabinet. "Nous attendons du président qu'il soutienne le gouvernement et non qu'il parle de destitution, car ce cabinet n'est en fonction que depuis un mois. Ce n'est pas le bon moment pour parler de cela", a-t-il ajouté. Mahmoud Abbas a affirmé, lors d'un entretien télévisé diffusé avant-hier par la chaîne CNN-Tùrk, qu'il disposait de pouvoirs pour destituer le gouvernement issu du mouvement islamiste Hamas. __________________________ Eventuels attentats en Jordanie : Le Hamas nie et accuse Amman Gaza-Agences Le Hamas a rejeté hier les accusations de la Jordanie selon lesquelles des membres du mouvement palestinien préparaient des attentats dans ce pays, les qualifiant de "fausses et sans fondement". "Nous rejetons les accusations jordaniennes qui sont fausses et sans fondement", a affirmé le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri. Avec ces accusations, "le gouvernement jordanien prend part à la campagne internationale contre le peuple palestinien et le Hamas", a-t-il accusé. "Cela ne réussira pas à isoler et assiéger le Hamas", a-t-il encore dit. La Jordanie a affirmé mardi avoir déjoué des "attentats contre des responsables" jordaniens que devaient exécuter des membres présumés du Hamas. ___________________________________________ Alliée privilégiée Paris-Agences La France entend montrer, en recevant vendredi le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, qu'elle reste une alliée privilégiée des Palestiniens soucieuse de trouver le moyen de maintenir l'aide européenne tout en contournant le gouvernement du Hamas. Le chef de l'Autorité palestinienne doit être reçu vendredi par le président Jacques Chirac, qu'il avait déjà rencontré en octobre, avant la défaite de sa formation, le Fatah, aux législatives de janvier. Sa visite s'inscrit dans le cadre d'une tournée européenne qui vise à alerter les Occidentaux sur la "catastrophe sociale et économique" guettant les Territoires palestiniens, privés de l'aide financière de l'Union européenne depuis l'arrivée au pouvoir du mouvement radical Hamas. Au Caire, Chirac s'est dit la semaine dernière "partisan du maintien de l'aide, pour des raisons humanitaires et de justice". Mais la France est face à un dilemme: comment éviter l’"asphyxie" de la population palestinienne sans financer de près ou de loin un mouvement jugé terroriste par l'Union européenne et les Etats-Unis. L'UE est le principal soutien financier des Palestiniens avec quelque 500 millions d'euros d'aide versés annuellement, dont près de la moitié en aides directes au gouvernement palestinien ou transitant par lui. "Nous soutenons la formule qui permettra de préserver le plus possible l'aide aux Palestiniens. Mais on ne veut pas que cette aide soit administrée par le gouvernement du Hamas", résume un diplomate français.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com