Katrina : Bush accusé d’avoir contribué à l’ampleur de la catastrophe





Le président américain George W. Bush est partiellement responsable de l'ampleur de la catastrophe du cyclone Katrina, qui a fait plus de 1.500 morts à la fin de l'été 2005 dans le sud des Etats-Unis, a accusé le sénateur démocrate Joseph Lieberman. Le Quotidien-Agences "Le président n'a pas exercé le leadership essentiel qui était le plus nécessaire, et cela a contribué à une gestion grossièrement inefficace du cyclone Katrina par les autorités fédérales", a accusé Lieberman, numéro deux d'une commission sénatoriale qui a enquêté pendant plus de sept mois sur la catastrophe. Cette conclusion de Lieberman n'est cependant pas incluse dans le corps du rapport final de la commission, dont un résumé a été publié jeudi avant son adoption formelle la semaine prochaine. Il souligne seulement que "la Maison-Blanche partage la responsabilité de l'insuffisante préparation avant le déferlement du cyclone. Certes, le président Bush (...) a pris l'initiative d'appeler personnellement la gouverneure (de Louisiane Kathleen) Blanco (...) mais d'un autre côté, il n'a quitté son ranch texan pour rentrer à Washington que deux jours après le cyclone, et ce n'est qu'alors qu'il a réuni son cabinet et un groupe de travail" pour organiser les secours. La présidente de la commission, la républicaine Susan Collins, a reproché pour sa part à la Maison-Blanche de "n'avoir pas saisi la gravité de la situation". "Je ne crois pas que ce soit la faute du président", a-t-elle précisé, "c'est la faute de ceux qui n'ont pas fait remonter l'information". La Maison-Blanche répond constamment que -Bush suivait au plus près l'évolution de la situation et qu'il a reconnu lui-même ensuite la faillite générale des services publics. La crainte que le drame ne se répète grandit à l'approche de la saison des ouragans, qui commence début juin. L'armée s'emploie à réparer ou à reconstruire d'ici là les digues qui protégeaient les côtes. Bush a effectué sa 11éme visite à La Nouvelle-Orléans et dans la région du Golfe du Mexique depuis Katrina. "Nous faisons davantage de progrès tous les jours (...) Nous sommes bien mieux préparés aujourd'hui que nous ne l'étions l'an dernier à la même époque, et nous serons encore mieux préparés d'ici au 1er juin", a assuré la conseillère de Bush à la sécurité intérieure, Fran Townsend, face au rapport sénatorial indiquant que le pays n'est toujours pas prêt à des cyclones comme Katrina. Elle s'est montrée réticente à la principale recommandation du rapport Collins-Lieberman: la dissolution de la très contestée Agence fédérale de gestion des crises (Fema), dont le directeur Michael Brown a été le seul responsable limogé après Katrina.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com