«Dialogues d’Orient» : Danse avec les serpents!





Se trémoussant comme deux «serpents à sonnette», Isabelle Anna et Nadia Saïji ont charmé le public du 4ème art et ce dans le cadre de «Dialogues d’orient», une création fraîche qui a été présentée en avant-première pour les fidèles de la 5ème édition des Rencontres Chorégraphiques de Carthage. C’est proprement une plongée exotique —même si Syhem Belkhodja refuse ce terme— qu’a offert cette chorégraphie signée par ce duo féminin. Isabelle Anna et Nadia Saïji viennent de se rencontrer… De deux horizons différents, elles sont venues avec deux discours corporels divergents. Anna la Française a choisi le Kathak, danse de cour de l’Inde du Nord, pour faire son chemin de chorégraphe et danseuse. Quant à notre Nadia Saïji, elle est plutôt animée par amour pour cet art. Danseuse folklorique, classique, contemporaine, du jazz et enfin danseuse orientale, l’amour de Nadia pour l’expression corporelle ne semble pas avoir de limites. Sur la scène du 4ème Art, Isabelle et Anna se sont rencontrées pour la première fois dans une chorégraphie intitulée «Dialogues d’Orient»; un débat corporel «Tout feu tout flamme». «Nous sommes heureux de voir nos +adoptives+, Isabelle Anna qui va danser dans quelques minutes et Maria-Kiran qui va jouer après à Ness El Fen, devenir des stars internationales. Isabelle Anna est une valeur sûre de la danse aujourd’hui et dont la carrière a été lancée en 1998 au Centre Mandapa. Dans notre centre, elle a découvert vraiment le Kathak, dans le cadre des cours du maître Sharmila Sharma», explique Mme Mandapa qui dirige avec son mari le centre Mandapa situé au 13ème arrondissement de Paris. On éteint les lumières dans une salle pleine à craquer, la musique se lève et c’est à Isabelle Anna de nous jeter dans la pure tradition hindoue. Costumes spéciaux, des bijoux ornant les doigts, la tête, les mains qui ont été teintées avec du rouge, les pieds aussi, Isabelle Anna a pu nous renvoyer à l’ambiance des palais hindous surtout grâce aux danses exécutées. Les pieds ornés avec ces petites clochettes qui bougent et sonnent à chaque mouvement, Anna a mis en exergue toutes les connaissances et les pratiques qu’elle a acquises dans le cadre de son séjour et ses études en Inde. Une danse d’ici, une danse de là, la chorégraphe française n’a pas été la seule vedette de ce spectacle. A côté d’elle, il y avait une grande et talentueuse chorégraphe qui n’est autre que la Tunisienne Nadia Saïji devenue une référence internationale en matière de danse orientale. Sur les compositions de quelques célèbres chansons de la grande dame de la musique arabe Oum Kalthoum, Nadia Saïji s’est éclatée, soulignant qu’une danseuse orientale n’est jamais une danseuse du ventre vulgaire qui ne cherche qu’à exciter la gent masculine par des gestes érotiques. Une fausse image véhiculée par les feuilletons et les films égyptiens. Les bases solides, une formation diversifiée, une imagination fertile et un corps très souple, très élastique, Nadia Saïji a bouleversé aussi bien le public tunisien qu’étranger qui l’ont applaudi fortement, après chaque prestation. Et si avec Isabelle Anna, on avait la sensation d’être dans le fief des maharajahs et des mahranis. Cette sensation a été différente avec Nadia Saïji qui nous a plongé dans l’ambiance des mille et une nuits. Se trémoussant comme un serpent, avec de jolis costumes de danse orientale, Nadia Saïji a charmé le public avec des gestes inspirés de la pure danse folklorique tunisienne, la danse Kathak, la danse orientale, et même les danses contemporaines. La rencontre d’Isabelle Anna et Nadia Saïji a ravi le public… On avait la sensation comme si deux reptiles dansaient sur la scène. Isabelle Anna a été très applaudie par le public mais Nadia Saïji a affolé l’assistance et certainement, elle a fait des jalouses. «Je suis très émue, je n’arrive pas à cacher mes larmes, je n’ai jamais pensé redanser… Merci de cet accueil chaleureux qui m’a réchauffé le cœur» dit-elle, à la fin de cette chorégraphie. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com