Entreprises en difficulté : 800 entreprises sauvées au cours de la dernière décennie





M.Ali Chaouch, ministre des Affaires Sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger, a éclairé la lanterne lors de la conférence qu’il a tenue hier, sur la portée des décisions présidentielles annoncées à l’occasion de la Fête Internationale du Travail. Tunis-Le Quotidien «L’adéquation entre les dimensions économiques et sociales du développement constitue le point fort de la politique clairvoyante du Président Ben Ali . Le choix irréversible explique l’évolution continue des indicateurs économiques et sociaux enregistrés en Tunisie en dépit d’une conjoncture économique internationale défavorable». C’est en ces termes que M.Ali Chaouch a résumé les enjeux et les retombées du modèle de développement tunisien. Un modèle qui s’est fixé pour objectif de préserver les équilibres économiques généraux et d’assurer le progrès social et la répartition équitable des fruits de la croissance. Et c’est dans cette optique que s’inscrivent les principales décisions présidentielles annoncées le 1er mai. L’augmentation du salaire minimum garanti (SMIG) dans les secteurs agricoles et non agricoles se répercutera positivement sur le pouvoir d’achat des salariés . «Le SMIG a été majoré 27 fois depuis le changement. Les augmentations salariales périodiques concernent aussi 1,4 million de travailleurs du secteur privé à travers la révision triennale de 51 conventions collectives sectorielles ainsi que plusieurs dizaines de milliers de travailleurs non couverts par ces conventions dont les salaires ont été majorés à neuf reprises depuis 1987», a souligné le ministre. * Incitations En ce qui concerne la décision présidentielle relative à la promulgation d’un texte de loi permettant d’inciter les investisseurs à redynamiser les entreprises qui ont arrêté leurs activités à la suite de difficultés et facilitant la transmission des entreprises dont les propriétaires souhaitent cesser leur activité pour cause de maladie ou de départ à la retraite, M.Chaouch a indiqué que cette mesure, qui améliore les système de sauvetage des entreprises en difficulté sera accompagnée d’un certain nombre d’incitations financières et administratives. Le ministre a précisé également que les pouvoirs publics sont parvenus au cours de la dernière décennie à sauver 800 entreprises et, par conséquent, à sauvegarder 42 mille emplois. «En plus de l’intervention des autorités de tutelle auprès des banques et des fournisseurs, ces entreprises ont bénéficié des différentes mesures que stipule la loi relative au sauvetage des entreprises en difficulté promulguée en 1995 ainsi que d'un encadrement assuré par une commission ad-hoc relevant du ministère de l’Industrie, de l’Energie et des petites et moyennes entreprises», a-t-il fait remarquer. * Dépassements D’autre part M.Chaouch a affirmé que les inspections de travail luttent énergiquement contre tous les genres de dépassements enregistrés au niveau des sociétés de sous-traitance. «Le climat social au sein des entreprises, ajoute le ministre, est plutôt sain grâce notamment au dialogue social quasi-quotidien entre les différents partenaires sociaux». Dans ce même chapitre, le ministre a annoncé que le taux de couverture sociale est actuellement de l’ordre de 90% en indiquant que les pouvoirs publics ambitionnent d’atteindre 95% en 2009. S’agissant du bilan des négociations dans le secteur public, M.Chaouch a fait savoir que des accords bénéficiant directement à 120 mille agents ont été jusqu’ici conclus. Walid Khéfifi


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com