L’Egypte propose : Une position palestinienne commune, la Feuille de route modifiée





L’Egypte a demandé à l’Autorité palestinienne d’adopter une position par rapport aux principes établis par le Quartette, tout en appelant à modifier la Feuille de route. Le Quotidien-Agences Le ministre des Affaires étrangères égyptien, Ahmed Aboul Gheit, a demandé à Zahar, lors de leur rencontre au Caire, d'établir "un document de travail pour préciser la position de l'Autorité palestinienne par rapport aux principes fixés par le Quartette", qui doit se réunir mardi, a affirmé Zahar. Le Quartette (Etats-Unis, Union européenne, Russie et ONU), est à l'origine de la "Feuille de route", un plan de paix prévoyant la création d'un Etat palestinien coexistant pacifiquement avec Israël. Les ministres des Affaires étrangères du Quartette doivent se retrouver mardi à New York pour évoquer l'impasse dans laquelle se trouve le processus de paix. Aboul Gheit avait appelé à l'adoption "du langage des négociations comme moyen unique pour régler le conflit israélo-palestinien" et à une position palestinienne commune "basée sur les principes de l'initiative arabe et des résolutions de l'ONU". L'initiative arabe de paix, adoptée lors du sommet de Beyrouth en 2002, prévoit la normalisation des relations des pays arabes avec Israël, en échange d'un retrait israélien total des territoires arabes occupés en 1967 et l'établissement d'un Etat palestinien. Elle a été rejetée par l'Etat hébreu. Depuis son arrivée au pouvoir, le Hamas refuse de reconnaître l'Etat d'Israël comme les accords internationaux passés par l'Autorité palestinienne, ce que réclament Washington et l'UE, alors que le leader palestinien Mahmoud Abbas s'est dit prêt jeudi à des "négociations immédiates" avec le gouvernement israélien. Par ailleurs, Ahmed Aboul Gheit, a appelé hier à une modification de la Feuille de route, lors d’une conférence à la Bibliothèque d’Alexandrie. «La Feuille de route doit être modifiée parce qu’elle a expiré l’année dernière, en 2005», a-t-il déclaré à la presse, sans préciser la nature de cette modification souhaitée. «Si nous parvenons à rassembler toutes les parties avec la participation de la Communauté internationale et du Quartette, nous pourrons parvenir à un accord qui prendra plusieurs années à être appliqué», a affirmé Aboul Gheit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com