Testour Vibrant hommage au pionnier de l’archéologie





La ville de Testour a vécu, dimanche dernier, aux rythmes des festivités marquant la célébration du 3ème anniversaire du décès du doyen des archéologues tunisiens, Slimane Mustapha Zbiss. D’intenses festivités ont eu lieu tout au long de cette journée. Parmi celles-ci on cite notamment des conférences et des témoignages animés par d’éminents spécialistes, chercheurs et archéologues qui ont travaillé ou vécu avec Slimane Mustapha Zbiss. La manifestation a démarré par une exposition au cours de laquelle des artistes, des extraits des brochures de l’archéologue, des photos des sites archéologiques de Sghira et de Testour ainsi que le plan de restauration de ses monuments ont été présentés. “Slimane Mustapha Zbiss, l’homme avant qu’il ne devienne archéologue”, tel est le thème de la première conférence de cette manifestation présentée par Mohamed Zbiss, le frère de l’archéologue. Dans son intervention, le conférencier a retracé le parcours académique et professionnel de cet archéologue jusqu’à sa dernière consécration à Monastir où il a été honoré quatre jours avant son décès et ce, en plus de nombreuses consécrations nationales et internationales”. Chercheur à l’Institut National du Patrimoine, (INP), Raja Oudi a consacré son intervention au Patrimoine écrit de l’archéologue tunisien. Elle a révélé que Slimane Zbiss a consacré plus de 100 articles et publications écrites et photographiques, dont une trentaine d’ouvrages à l’analyse et à la présentation des sites archéologiques en Tunisie. Parmi ces publications, elle cite notamment une vingtaine de livres publiés entre 1955 et 1983, dont “Monastir, aperçu historique” paru en 1963, “Les monuments de Tunis” en 1971, entre autres. Raja a également souligné que Slimane publiait jusqu’à deux livres par an et ce, parallèlement à ses participations aux congrès internationaux et qui ont débouché sur la publication d’une centaine d’autres articles scientifiques. * Transcription d’Ifriquia Pour sa part, Abdelhakim Gafsi, directeur des recherches à l’INP a présenté quelques sites de Testour et de ses environs, tels que traités dans les écrits et les investigations menées par Slimane Mustapha Zbiss. Il a également révélé que le défunt scientifique était très attaché à la culture andalouse. Le responsable des recherches a présenté également au cours de sa communication quelques-unes des photographies des sites parmi les 5000 photos réalisées par Slimane Mustapha Zbiss tout au long de sa vie. Parmi les monuments photographiés on cite notamment la mosquée de la Zitouna, la Zaouiya Sidi Nasr entre autres. “Les transcriptions d’Ifriquia”, tel était le thème de l’intervention de Khaled Ben Romdhane, responsable des recherches à l’ INP. Dans sa communication, il a dressé un tableau exhaustif de l’évolution des transcriptions calligraphiques, à travers les manuscrits rassemblés par l’archéologue tunisien. “Testour”, ville natale de Zbiss n’était par le parent pauvre de cette cérémonie de commémoration du troisième anniversaire du décès de Slimane Mustapha. Architecte de son état, à l’INP, Faouzia Ben Zohra a présenté pour sa part un aperçu sur les travaux de la ville de Testour. Selon l’architecte, un projet de mise en valeur des sites et monuments de la ville du Malouf est en cours. ll a démarré en 2003 et consiste en la restauration de la toiture de la grande mosquée de cette ville. La première étape de ce projet a duré deux ans. La deuxième qui est en cours a démarré en 2006. Dans cette phase, un accent sera mis sur la restauration des caractéristiques architecturales de la mosquée. Selon Faouzia Ben Zohra, la toiture de la mosquée sera entièrement restaurée en même temps que son minaret. Il en sera de même pour de nombreux monuments de Testour à l’instar de la Zaouia Sidi Nasr, située dans l’ancienne mosquée. O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com