Opposition Une lueur d’espoir chez les démocrates socialistes…





Tunis-Le Quotidien Il fut un temps où le renouvellement des structures du Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS) provoquait d’interminables luttes fratricides et même des démissions en bloc. Aujourd’hui, les choses semblent changer dans le bon sens. A preuve : le congrès de la fédération de Jendouba s’est tenu, dimanche dernier, dans une atmosphère beaucoup moins tendue. D’aucuns attribuent cette baisse de tension à l’influence de l'homme fort du parti, l’ancien secrétaire général Mohamed Moâda, et à celle non moins importante de son successeur, Ismaïl Boulehya, qui auraient pesé de tout leur poids pour rassurer les troupes et contenir la grogne de la base. D’autres invoquent des élections on ne peut plus transparentes du nouveau Bureau de cette fédération importante. Quoiqu’il en soit, le congrès a été marqué, selon des sources concordantes, par une course électorale chaude et transparente entre les deux principales ailes du parti. Une pratique que tous les démocrates socialistes assoiffés de démocratie interne après de longues années de «consensus mou» ont saluée. Côté résultats, c’est la liste de Belgacem Mohsni qui a remporté la totalité des sièges. Cette liste se compose de partisans de l’ancien secrétaire général, Mohamed Moâda, et de Taïeb Mohsni, chef de file des dissidents du congrès du Kram tenu en 2001, lequel a brillé par son absence. Les candidats proches de l’actuel secrétaire général du parti ont obtenu un nombre de voix très limité. Sur un autre plan, les interventions ont dénoté une volonté de renouer avec les principes fondateurs du mouvement et de prendre des positions beaucoup plus «critiques» sur toutes les questions de l’heure. Le congrès de la fédération de Jendouba marque le début d’un long processus de restructuration puisqu’il sera talonné par le congrès de la fédération de Tozeur prévu le 28 mai et fort probablement par celui de la fédération de Bizerte en juin prochain en attendant que les choses avancent au niveau des autres fédérations. Ainsi, on assiste à un regain d’optimisme chez les démocrates socialistes attachés à la tenue d’un congrès démocratique du parti, de nature à permettre aux «héritiers» de Ahmed Mestiri de reprendre la place qui leur échoit sur l’échiquier politique national. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com