Mois du Patrimoine Une clôture aux couleurs de Moknine





Avec l’inauguration du musée de Moknine, mardi dernier, le rideau est tombé, sur la session 2006 du Mois du Patrimoine. La cérémonie de clôture a été présidée à Moknine par M. Mohamed El Aziz Ben Achour, ministre de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine. La cérémonie a été une illustration et une véritable démonstration des traditions et métiers des habitants de Moknine. Les invités ont eu droit d’ailleurs à une démonstration en direct de l’exécution de certains métiers. Une femme spécialisée dans la poterie a fabriqué en direct un article de poterie, tandis qu’une autre confectionnait des bijoux traditionnels spécifiques à la région. Pour parler du musée de Moknine, disons qu’il est, à la fois, un sanctuaire archéologique et ethnographique reflétant le passé et le présent de cette ville et de sa région à l’histoire millénaire qui correspond à celle de la Tunisie. Le projet de restauration, dont il vient de faire l’objet, comprend la mise en place de nouveaux espaces lui permettant de restituer le passé de Moknine, ses traditions populaires et les métiers d’artisanat qui ont constitué la spécificité de cette région. Ainsi, le musée comporte une salle d’histoire de Moknine d’une superficie de 110 m2, restituant toute l’histoire de cette ville depuis l’ère phénicienne à nos jours. La salle dédiée à la poterie, d’une superficie de 85 m2, donne à voir toutes les spécificités d’articles de poterie de Moknine qui est un des trois centres de poterie, en plus de Nabeul et de Guellala. Dans cette même salle, la fabrication de la poterie est présentée en direct. Le musée de Moknine dispose également d’un espace dédié aux «Arts et traditions populaires» de cette localité où sont exposés des costumes traditionnels, dorés qui constituent la spécificité vestimentaire de Moknine». Il y a lieu de noter que le musée de Moknine abrite aussi un somptueux espace de 46 m2, destiné aux bijoux de cette localité». Parmi ces bijoux, on trouve des articles confectionnés par des artisans de la communauté juive de Moknine. Les appareils qui servaient à la fabrication de ces articles y sont également exposés. Il s’agit, selon M. Habib Ben Younès, directeur de la muséographie à l’Institut National du Patrimoine (INP), d’un facteur démontrant qu’il y a eu, de par le passé, des liens de cohabitation, de solidarité et de dialogue entre les communautés juive et musulmane. D’une superficie globale de 1200 m2, le musée de Moknine qui vient d’être restauré, s’impose, aujourd’hui, comme l’un des plus grands musées du Sahel. Le coût global de sa restauration est de l’ordre de 750.000 dinars. Le projet a été entièrement financé par l’Agence nationale pour la mise en valeur du patrimoine et de la promotion culturelle, et la municipalité de Moknine. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com