E.O.G.K. – E.S.S. (0-0) : Une parodie de foot !





On aurait pratiquement tout vu au cours de cette rencontre, sauf du football! La faute en incombe aux deux formations, mais également à l’arbitrage incohérent du Malien Boubaker Sidibé lequel était complètement dépassé par les événements. On ne peut clore par ailleurs ce premier chapitre sans signaler le mauvais état de la pelouse du Chtioui, tout bonnement indigne d’abriter des rencontres d’une Ligue professionnelle. Tous les moyens sont bon pour parvenir à ses fins, entre autres gagner un match, ou du moins arracher le point du nul. Mais de là à refuser carrément le jeu afin de s’initier au théâtre, il y a un large et profond fossé que les Goulettois-Kramistes ont pourtant franchi allégrement pour stopper une Etoile manifestement conquérante et déterminée, pensait-on, à forcer le destin. Les Banlieusards ont en effet passé le plus clair du temps à casser le rythme de l’adversaire avant de penser à la construction, d’où le nombre incalculable d’arrêts de jeu. Ils se sont révélés effectivement de grands simulateurs, au grand dam des joueurs sahéliens, gagnés au fil des minutes par la nervosité. Or, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont les protégés de Kaïs Yaâcoubi qui sont parvenus à se créer les meilleures occasions de but, les plus nettes aussi, mais toutes lamentablement gâchées notamment par le Franco-Palestinien Mohamed Ali Chatrit qui a eu à plusieurs reprises le but au bout des crampons. Mais il a à chaque fois raté l’aubaine soit en tirant à côté, soit en trébuchant dans la balle pour permettre aux défenseurs adverses de revenir sur lui et lui subtiliser le cuir, soit enfin en s’entêtant à tirer dans les jambes de ses vis-à-vis alors qu’un partenaire était mieux placé. * Il manquait un rouage! Dans l’autre camp, il a effectivement manqué un patron capable de galvaniser le groupe, d’orienter le jeu de ses partenaires, de les guider dans le moments cruciaux de la rencontre. D’autant que Marouane Bokri n’en avait vraiment pas le profil, handicapé de surcroît par une petite forme, ce qui l’a empêché d’avoir le rayonnement escompté pour poursuivre ses avants en balles utilisables. De même, pour le jeune Majdi Traoui qui a carrément décroché pour venir évoluer au côtés du pivot Ahmed Hammi, lequel s’est montré, tout compte fait, le seul à jouer sur sa vraie valeur en ratissant un terrain considérable, étant, en un mot, au four et au moulin. Cette situation aurait finalement obligé Gelson et Chikhaoui à revenir trop en arrière chercher une balle capricieuse et amorcer des offensives que l’arrière-garde banlieusarde annihilait le plus souvent aisément. Une arrière-garde qui n’a pas eu de difficulté afin de mettre sous l'éteignoir Emeka Opara, littéralement isolé dans la zone adverse. Trop d’insuffisance en tout cas, du côté étoilé pour espérer forcer la décision aux dépens d’un adversaire décidé à faire de l’anti-jeu son atout majeur. Ajoutez-y une fragilité méritée qui a joué un vilain tour aux Soussiens. Bazdarevic, ulcéré à l’issue de la rencontre se disant “désolé pour le football tunisien après une telle mascarade à laquelle on a assisté” risque de souffrir encore beaucoup avant de connaître la destination finale de l’aigle. Au même titre d’ailleurs que tous les Etoilés… * Formations - EOGK: B. Thabet, Gharbi, Ajmi, Zouaoui, Hammami, Laâbidi, Hamed (Trabelsi), El Euchi, Ayari, Georges (Chebbi), Chatrit (Barka). - ESS: Austin, Ben Frej, Meriah, Ben Mohamed, Sellami, Bokri (Jedidi), Hammi, Traoui, Chikhaoui, Gelson, Opara (Zouaghi). Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com