Irak : Face à l’échec des politiques, la Résistance prend du poids





L’armée américaine a annoncé hier, la mort de deux de ses soldats en Irak où la Résistance reste active contrairement aux politiques qui peinent toujours à former un gouvernement notamment à cause des divergences entre Sunnites et Chiîtes sur le traitement du dossier sécuritaire. Le Quotidien-Agences L'armée américaine a annoncé que deux de ses soldats avaient été tués dans des opérations de combat en Irak, dont l'un dans l'explosion d'une bombe artisanale hier à Bagdad. "Un soldat de l'armée de l'air a été tué et un blessé par une bombe artisanale alors qu'ils étaient en opération aujourd'hui (jeudi) dans le périmètre de Bagdad", a indiqué l'armée dans un communiqué. Dans un autre communiqué, l'armée a affirmé qu'un autre soldat avait succombé après avoir été blessé mardi dans la province d'Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad. Ces décès portent à au moins 2.330 le nombre de soldats américains et personnels assimilés morts en Irak depuis l'invasion du pays en mars 2003, selon un décompte de l'AFP basé sur les chiffres du Pentagone. Toujours sur le terrain, cinq Irakiens ont été tués hier dans des attaques en Irak, dont une avocate abattue par des hommes armés dans la ville méridionale de Bassorah, selon des sources policières. L'avocate Maimouna Al-Hamdani, 45 ans, a été abattue de neuf balles par des inconnus dans le centre de Bassorah. A Bagdad, un Irakien a été tué et neuf ont été blessés dans deux attaques à la bombe, alors que dans le secteur de Doura, dans le sud de la capitale, trois employés d'une boulangerie ont été abattus par des hommes armés, selon des sources de sécurité. Dans l'ouest de la capitale, cinq membres d'une unité des commandos du ministère de l'Intérieur ont été blessés lorsqu'un kamikaze a fait exploser son véhicule près de l'entrée de leur quartier général au passage d'une patrouille de cette force, a indiqué une source au ministère de l'Intérieur. Enfin, huit employés de la centrale thermique de Baïji ont été abattus hier par des hommes armés à leur sortie de la centrale, a annoncé une source sécuritaire. Dix-sept personnes ont été tuées mercredi dans différentes attaques à travers l'Irak, dont la plus sanglante a visé des employés d'une société d'importation de produits électroménagers à Bagdad, tuant huit d'entre eux dont trois femmes. * Les négociations suspendues Entre-temps et sur le plan politique, les réunions sur un gouvernement irakien étaient suspendues hier pour la deuxième journée consécutive, les chiîtes et les sunnites ne s'entendant pas sur le titulaire du dossier de la sécurité. "Il n'y a pas de réunion prévue aujourd'hui", a indiqué une source politique à Bagdad, au lendemain de l'annulation d'une rencontre autour du chef de l'Etat Jalal Talabani. Le négociateur kurde Mahmoud Osmane a expliqué que la liste des chiîtes conservateurs, majoritaire au Parlement, avait demandé une pause de deux jours pour arrêter une position sur qui doit gérer dans le prochain gouvernement le dossier de la sécurité dans un pays meurtri par les violences quotidiennes. Une réunion sur la formation du gouvernement prévue mercredi a été déjà annulée en raison d'un différend entre chiîtes et sunnites sur le responsable du dossier sécuritaire. "Les chiîtes veulent que le Premier ministre soit responsable du dossier sécuritaire tandis que les sunnites souhaitent le confier à un vice-Premier ministre qui travaillera sous la supervision du chef du gouvernement", avait expliqué Osmane. Plus de trois mois après les élections générales du 15 décembre, les dirigeants irakiens sont pressés de former leur gouvernement dont la priorité sera de tenter de juguler la violence endémique meurtrière.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com