Jaâfari se plaint de l’ingérence de Washington





Le Quotidien-Agences Le Premier ministre irakien Ibrahim Jaâfari a mis en garde contre l'ingérence des Etats-Unis dans la politique de son pays et a défendu ses liens avec les milices chiîtes, dans une interview publiée hier dans le New York Times. Soutenu par les partis chiites, Jaafari tente de rester en place mais sa candidature doit encore être approuvée par les différentes factions parlementaires, trois mois après les élections nationales. Jaâfari est une cause de discorde avec les Kurdes et les sunnites dans les discussions pour former un gouvernement, toujours dans les limbes plus de trois mois après les élections. "Il y a eu des positions à la fois de la part du gouvernement américain et du président (George W.) Bush pour promouvoir une politique démocratique et protéger leurs intérêts", a-t-il déclaré au quotidien dans une interview accordée à son domicile de Bagdad. "Mais maintenant il y a des inquiétudes au sein du peuple irakien sur le fait que le processus démocratique soit menacé". La Maison-Blanche a démenti mardi des informations en provenance d'Irak selon lesquelles le président George W. Bush a fait savoir à la majorité chiite irakienne qu'il ne voulait pas d'Ibrahim Jaafari pour diriger le prochain gouvernement. "C'est au peuple irakien qu'il revient de décider qui doit être Premier ministre. Et je ne crois pas du tout que les informations que vous venez de citer soient exactes", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Scott McClellan à la presse.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com