Festival du SA-KU-RA-KA-O-RU : Au goût de l’âge printanier





Plus qu’un arbre, une fleur, un fruit et un florilège artistique, le festival japonais SA-KU-RA-KA-O-RU qui aura lieu dans nos murs à partir du 7 avril dégage une odeur. Qui fleure bon les 50 ans de cohabitation heureuse entre les Tunisiens et les Japonais. Cinquante ans de bonheur et sans la moindre écorchure. Pas la moindre trépidation. Dans un monde aujourd’hui noyé dans des eaux troubles jusqu’au cou. Dieu merci ! Un demi-siècle d’harmonie et les échanges ne cessent de s’accélérer. Ce n’est pas rien et l’événement mérite d’être fêté, de part et d’autre, avec de la musique, de la peinture, de l’art floral et autres programmes d’épanouissement, de rapprochement et d’enrichissement de tous bords. Du côté tunisien, les festivités ayant lieu la dernière semaine de mars au Japon ont été à la hauteur des relations tuniso-nipponnes. La palette culturelle et artistique (conférence, débat, poésie..) présentée devant bon nombre de nos diplomates accrédités au Japon et d’autres résidents, ainsi que des figures emblématiques du pays hôte comme la princesse Takamado et autres ministres, a été bien accueillie et dans des salles à guichets fermés (voir l’article sur Lotfi Bouchnak, paru hier dans les pages 16 et 17 du «Quotidien»). Du côté nippon, les responsables voient encore plus grand et à leur manière. Outre les manifestations culturelles et artistiques prévues par l’ambassade du Japon tout au long de l’année, les Word Culture Art Co. LTD et Nippon Express Co. LTD (Oversees event promotion office) en collaboration avec Atlantis Voyages (1er réceptif des Japonais en Tunisie) et autres organisateurs dévoués ont voulu carrément instaurer des traditions et des rendez-vous annuels. Et pourquoi pas un festival pour commémorer ce mariage réussi ! L’idée est saluée et des moments forts vont faire du bruit dans plusieurs espaces de chez nous. L’exposition qu’abritera le palais Kheireddine dans la Médina de Tunis du 7 au 10 avril compte 176 œuvres. Une collection qui nous tiendra informés de toutes les facettes plastiques d’un Japon traditionnel, d’un Japon moderne et toujours à la première marche de l’évolution. Il y aura donc de la peinture, de la calligraphie, de la photo, de la sculpture, de la poésie... Le 8 avril, c’est le théâtre municipal de la Ville de Tunis qui va prendre, le temps d'une soirée, les couleurs japonaises. La première partie est réservée à la danse, au Japan night et d’autres variétés tirées du tréfonds de l’archipel de l’Extrême-Orient. Quant à la deuxième partie et la cerise sur le gâteau, c’est Missa Johnouchi (la compositrice de l’indicatif musical commémoratif) qui va s’emparer de la scène, à sa façon, et donner le meilleur d’elle-même. Cette «impératrice» de la pop et de la variété est aussi compositrice, chef d’orchestre, qui fait de l’arrangement, commente la musique à la télévision, écrit des essais et est bien impliquée dans le petit écran en interprétant des rôles ou en posant le générique musical dans les feuilletons. Elle va donner et amplement de la voix et du ton dans la bonbonnière de la capitale et nous gratifier d’un bouquet artistique au parfum de son pays. Elle sera bien sûr accompagnée d’une armada de musiciens, confirmés dans les notes et clefs asiatiques. Mais le plus intéressant dans cette manifestation d’un goût spécial, c’est de laisser des empreintes indélébiles. Et rien ne vaut la plantation d’une foule de cerisiers qui vont border notamment l’avenue du Japon à Montplaisir. Le cerisier, ou «chojrat hab mlouk» (arbre de grains des rois) comme on l’appelle chez nous, porte dans son jus les gènes de tous les symboles. Les assises relationnelles entre les deux pays sont déjà juteuses. Mais tous deux ambitionnent davantage pour cimenter encore plus les fils de leur tissage. Et le cerisier va certainement apporter ses bons fruits. Un 3ème festival est déjà en esquisse sur l’agenda de 2007. Pourquoi pas ! Surtout quand la précieuse trame est de bonne fibre. Nous n’avons là-dessus aucun doute. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com