E.O.G.K. : La chasse aux points





Les Aiglons, partis jeudi dernier pour la station d’Aïn Drahem, espèrent doubler cet après-midi Jendouba qui les reçoit dans un match semblable à ces crispantes rencontres-barrage de fin de saison. Les hommes de Kaïs Yaâkoubi ne veulent pourtant pas se mettre plus de pression qu’il n’en faut, d’autant que toute leur saison ressemble à une interminable course derrière des points qui se dérobent malicieusement. Le dernier venu au mercato d’hiver, Moez Ben Thabet, souligne cet état d’esprit “Oui, on se sent galvanisé à la seule idée de croiser le fer avec le club qui nous précède au classement : une victoire nous placerait logiquement dans une position de non-relégable et nous permettrait en même temps de souffler, de récupérer et de travailler dans les meilleures conditions. Je n’ai pas vu l’EOGK évoluer sous la baguette de Lassina Traoré et de Walid Tayeb. Mais je crois que leur présence avec nous nous aurait énormément soulagés”, estime le gardien qui a remporté la concurrence avec Fakhri Ben Othmane et qui devrait être reconduit cet après-midi dans les buts. “C’est presque le premier match où je ne compterai aucun blessé au suspendu”, rappelle, ravi, le coach Yaâkoubi qui prévoit des changements dans la seule ligne médiane. Le précieux concours d’El Euchi devrait être complété par Hamed et Pape George à la baguette alors que la flèche qui a causé tant de soucis à la défense étoilée, dimanche dernier, Mohamed Ali Chatrit, tentera d’ouvrir des espaces devant les médians qui viendraient d’un peu loin. * Formation probable Ben Thabet, Gharbi, Ajmi, Laâbidi, Zouaoui, Hammami, Hamed, El Euchi, George, Ayari, Chatrit. S.R. ______________________________ Moez Ben Thabet : «Nous ne savons guère tenir une attitude défensive» * C’est un match à six points qui vous attend tout à l’heure à Jendouba ... Peut-être même à neuf points. Chaque sortie d’ici la fin de saison ressemble à un match de Coupe, mais je ne veux pas entendre parler de match de vie ou de mort. Pour assurer le maintien, le programme consiste à engranger le maximum de points. N’oubliez pas que nos exhibitions à Sfax et contre l’ESS n’étaient pas moins importantes que celles qui nous attendent d’ici le 13 avril. En tout cas, la différence va se faire sur très peu de choses. * Jendouba n’est assurément pas mieux loti que l’EOGK et cela va être serré. Le point du nul vous satisferait-il? Parfois, il faut savoir s’en contenter d’autant que la défaite est interdite. Pourtant, vous imaginez bien qu’une victoire nous ferait beaucoup de bien. Jendouba possède malgré tout l’avantage de jouer à domicile. Son effectif manque d’expérience mais il sait témoigner d’une rare rage de vaincre. Lorsqu’il se produit devant son public. Arfaoui reste le moteur de l’ensemble. L’absence prolongée de Laâbidi se fait pourtant lourdement sentir car tout tournait autour de lui dans une parfaite symbiose. * Quels seront vos atouts, en terre du Nord-Ouest? Il faut vous rappeler que notre entraîneur ne sait pas jouer la défensive, ni aime le faire. Même contre plus fort que nous, le CSS et l’ESS, nous avons créé de bonnes occasions et on le fait invariablement aussi bien à la Marsa qu’à l’extérieur. Inutile de faire des projections : il faut éviter les calculs et y aller avec courage et hargne. * Sur un plan personnel, vous avez été constamment défendu par votre entraîneur, y compris après la bourde commise face à Monastir et qui coûta cher à l’EOGK. Cela vous étonne-t-il un peu? Non, Kaïs Yaâkoubi m’a vite mis en confiance. S’il a tranché en ma faveur, c’est qu’il me trouve plus utile. Des bourdes comme celle commise face à l’USM, on en voit à la pelle, même dans les plus grands championnats en Europe. A Jendouba, ce sera ma 4ème sortie sous la casaque de Goulette-Kram, un club qui n’est pas comme les autres, où les promesses sont tenues et où il règne une ambiance formidable, où il n’y a pas de place à aucune forme de discrimination entre enfants du club et les autres. On ne s’y sent jamais étranger. En tout cas, il règne ici une saine concurrence, le plus en forme joue. Mais je tiens aussi à saluer le travail effectué par l’entraîneur des gardiens Nejib Fitouhi. * Que vous inspire la situation actuelle du CAB, le club de vos premières amours ? Je crois que souvent, gâter les joueurs surtout financièrement, se retourne vite contre vous. Bizerte doit réapprendre à compter sur les joueurs du cru. C’est d’ailleurs là sa seule chance de salut. Recueillis par S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com