Suite à la suspension de l’aide européenne : Le Hamas inébranlable face au chantage





Le gouvernement palestinien du Hamas a qualifié hier de "chantage" la décision de l'Union européenne (UE) de suspendre les aides directes au cabinet, affirmant que cette mesure ne le ferait pas plier. Le Quotidien-Agences "Nous n'accepterons pas un tel chantage. (Les Européens) devraient réfléchir à nouveau et comprendre que ce gouvernement ne trahira pas ses positions politiques", a affirmé le porte-parole du gouvernement Ghazi Hamad. "C'est une décision mauvaise et injuste. Les Européens ne vont pas seulement punir le gouvernement mais aussi l'ensemble du peuple palestinien", a ajouté Hamad, estimant que les Palestiniens étaient punis pour leur "choix démocratique". Depuis la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes de janvier, l'UE menace de suspendre une partie de son aide devant le refus du mouvement de renoncer à la violence, reconnaître Israël ainsi que les accords israélo-palestiniens passés. "Ces conditions ne sont ni raisonnables, ni réalistes", a indiqué Hamad. "Ils demandent au Hamas et au gouvernement de reconnaître Israël mais ne demandent jamais à Israël de reconnaître les droits des Palestiniens". La porte-parole de la Commissaire européenne aux Relations extérieures, Emma Udwin, a affirmé à Bruxelles que, "pour l'instant, il n'y a aucun paiement effectué à ou via l'Autorité palestinienne". * Réunion Les ministres européens des Affaires étrangères doivent entériner lundi, lors d'une réunion à Luxembourg, la suspension de l'aide directe à l'Autorité palestinienne. "La Commission va informer les ministres lundi de sa décision de suspendre temporairement l'aide au gouvernement palestinien", a assuré un diplomate britannique sous couvert de l'anonymat. Israël s'est félicité de cette suspension de l'aide européenne. La direction palestinienne doit "s'en prendre à elle-même pour son isolement international qu'elle a suscité par son extrémisme", a estimé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Marc Regev. Il s'est également réjouit de "l'émergence d'un fort consensus international pour refuser toute légitimité à une direction palestinienne qui refuse le principe de deux Etats, de renoncer au terrorisme et dont l'idée de paix au Proche-Orient inclut l'éradication d'Israël". La décision de l'UE survient alors que le gouvernement palestinien se débat dans une grave crise financière, provoquée notamment par le gel d'Israël de plus 50 millions de dollars mensuels, dus à l'Autorité palestinienne aux titres de remboursement de frais de douanes et de taxes. Le Premier ministre Ismaïl Haniyeh a rappelé lors du prêche de la prière du vendredi dans une mosquée de la Bande de Gaza que son gouvernement avait hérité de "caisses vides". "La situation financière est difficile. Nous avons hérité de caisses vides et de dettes internes totalisant 750 millions de dollars", a-t-il dit. Il a affirmé qu'il allait dépêcher plusieurs ministres à l'étranger pour tenter d'obtenir des aides "afin de répondre aux besoins financiers de notre peuple et nos fonctionnaires".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com