Après la triple attaque de la veille : Les chiîtes accusent les





• Nouvelle attaque-suicide contre un mausolée chiîte à Moussayeb Alors qu'on enterrait les morts de la triple attaque antichiîte de la veille, le puissant chef chiîte irakien, Abdel Aziz Hakim a promis hier de vaincre les "terroristes", qui, selon lui,veulent attiser la flamme de la guerre civile en Irak, un pays qui souffre toujours d'un vide politique. Le Quotidien-Agences "J'ai un message à l'intention des terroristes: nous allons vous combattre et vous anéantir avec la volonté de Dieu", a déclaré Hakim, le chef du Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII). Les attentats de Bagdad et de Najaf son destinés à "nous empêcher d'aller de l'avant dans le processus politique, de nous conduire dans une impasse et de nous terroriser", a-t-il affirmé. "Mais nous disons aux terroristes: vous ne pourrez pas arrêter notre marche quels que soient vos crimes. Vous n'êtes pas plus forts que Saddam que nous avons fini par chasser. Il est aujourd'hui en prison et vous avez la liberté", a encore souligné le chef chiîte. Hakim a plaidé, dans ce contexte, pour l'unité entre chiîtes et sunnites pour former un "gouvernement de participation nationale" qu'il a espéré proche. "Ceux qui ont commis l'attentat (de la mosquée de Bouratha) sont d'abord les ennemis des sunnites. Ils veulent attiser la haine entre chiîtes et nos frères sunnites, nos futurs partenaires au gouvernement". "Les négociations pour le gouvernement avancent. Il sera formé le plus tôt possible", a encore dit Hakim, répétant que les attentats contre les membres de sa communauté majoritaire prenait l'allure d'"un génocide", ce qu'il avait affirmé déjà dans un communiqué publié vendredi soir. * Enterrement Hakim a parlé devant des dizaines de ses partisans rassemblés dans son quartier général à Bagdad où ils sont arrivés avec des banderoles clamant "non, non au terrorisme" et "non, non à Zarqaoui (Abou Moussab al-Zarqaoui, le chef d'Al-Qaïda en Irak)". Plusieurs partis politiques, y compris sunnites, ont condamné les attaques qui surviennent alors qu'aucun progrès n'est enregistré dans la formation d'un gouvernement en discussion depuis plus de trois mois. En même temps, les victimes de la triple attaque suicide contre la mosquée de Bouratha à Bagdad, qui a fait 79 tués, étaient enterrées, selon la tradition dans la ville sainte chiîte de Najaf. Les autorités locales ont renforcé la sécurité et conseillé de ne pas organiser de funérailles collectives afin de ne pas exposer les proches des victimes à des risques d'attaques d'autant plus que la ville a connu jeudi un attentat à la voiture piégée qui a fait 10 morts et 42 blessés. Hier encore, six personnes ont été tuées et 23 blessées dans une attaque suicide à la voiture piégée près de mausolées chiîtes à Moussayeb a indiqué la police locale. "Une voiture conduite par un kamikaze a explosé près de mausolées chiîtes à Moussayeb, faisant six tués et 23 blessés", selon la police. L'attaque s'est produite en début d'après-midi, a ajouté la police. Enfin,sur le terrain, un Marine américain a été tué par les balles d'un soldat irakien sur une base des forces de la coalition à Al-Qaïm, près de la frontière syrienne,a annoncé hier l'armée américaine qui n'a donné aucun autre détail sur cette affaire. Hier matin, l'armée américaine a par ailleurs annoncé la mort de trois autres soldats en Irak depuis jeudi. Par ailleurs deux ouvriers ont été abattus et trois blessés par des hommes armés à Baaqouba, selon la police de cette ville au nord de Bagdad. L'hôpital central de la ville sainte de Kerbala a indiqué avoir reçu onze corps criblés de balles et portant des traces de tortures. Quatre corps ont été découverts près de Tikrit. ____________________________ L’ambassadeur U.S confirme Les Américains seraient entrés en contact avec la Résistance sunnite Le Quotidien-Agences L'ambassadeur des Etats-Unis en Irak, Zalmay Khalilzad, a indiqué à la BBC que des officiels américains ont eu des discussions avec certains groupes liés à la Résistance en Irak. L'ambassadeur explique que, selon lui, ces discussions auraient eu un impact sur le nombre d'attaques dont ont été victimes les troupes américaines présentes en Irak. Mais l'ambassadeur, d'origine afghane, a souligné qu'il ne négocierait pas avec des groupes "saddamistes" ou Al-Qaida. Zalmay Khalilzad prévient néanmoins que le risque de guerre civile reste toujours vivace. Pour lui, cette menace planera tant que les divisions entre les différentes factions ne seront pas apaisées. Elle pourrait embraser l'ensemble de la région. "L'Irak doit réussir, insiste-t-il. Ne pas faire tout ce qui est humainement possible pour remettre en marche ce pays pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les Irakiens, mais aussi pour la région et le reste du monde". ____________________________ Les discussions Iran-USA sur l'Irak reportées Le Quotidien-Agences Les discussions entre l'Iran et les Etats-Unis à propos de l'Irak n'auront pas lieu la semaine prochaine, a affirmé hier un diplomate de l'ambassade iranienne à Bagdad cité par l'agence officielle Irna. "Mais les négociations entre l'Iran et les Etats-Unis auront certainement lieu au moment propice et dans les conditions déterminées", a-t-il ajouté sans donner plus de précisions. Ce responsable a émis l'espoir que "le nouveau gouvernement irakien soit formé le plus rapidement possible (pour) que les discussions se tiennent après la formation de ce gouvernement". Selon des informations publiées par les médias iraniens, un haut responsable du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Hosseini-Tash, dirigera l'équipe de négociateurs iraniens. ____________________________ Selon le ministre irakien de la Défense Les effectifs de l'armée irakienne ont dépassé 115.000 hommes Le Quotidien-Agences Les effectifs de l'armée irakienne ont dépassé 115.000 hommes, trois ans après la chute du régime de Saddam Hussein, a indiqué hier le ministre irakien de la Défense, Saadoun Al-Doulaimi. "Nos effectifs ont dépassé 115.000 hommes répartis entre les trois armées (terre-air-mer) stationnées sur tout le territoire irakien", a dit Doulaimi, cité dans un communiqué. Deux divisions, treize brigades et 49 bataillons de l'armée irakienne ont pris le contrôle sécuritaire d"importantes" régions d'Irak, a dit le ministre en se félicitant de "la performance de ces troupes qui ont permis de démanteler plusieurs groupes terroristes". Le ministre n'a pas donné de précisions sur les régions passées sous contrôle irakien. Le 17 mars, un haut responsable militaire américain avait indiqué que son pays espérait être en mesure de placer 75% du territoire de l'Irak sous le contrôle des forces de sécurité de ce pays d'ici la fin de l'été. Le général Peter Chiarelli, qui commande les forces multinationales en Irak a prédit que d'ici la fin de l'été, "les unités irakiennes pourraient être en charge de 75% du territoire du pays", alors que jusqu'ici, en évoquant cet objectif, le président George W. Bush mentionnait comme échéance la fin de l'année. Le chef du Commandement central américain (Centcom), le général John Abizaid, avait affirmé fin mars que les forces américaines en Irak étaient passées de 160.000 soldats à 130.000 au cours des trois derniers mois et avaient cédé des zones militaires aux forces irakiennes. "Près de la moitié de Bagdad est sous contrôle militaire irakien et non pas de la force multinationale", avait-il souligné.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com