«La vie sur terre» : Zoom sur les oubliés du millénaire





«La vie sur terre», un film du cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako a été projeté vendredi à la salle du cinéma «Le Colisée». Ce fut un voyage instructif dans le monde des oubliés du millénaire. «Aucune race n’a le monopole de l’intelligence, de la beauté et de la bonté, comme le pensent les esprits les plus arrogants de la planète», telle est la phrase instructive prononcée à la fin par un des acteurs de ce film projeté dans le cadre de la manifestation cinématographique «Doc à Tunis». Le scénario de ce film braque pleins feux sur un monde rural et une population qui, au moment du passage au nouveau millénaire, se bat contre le sous-développement. Nous sommes à Sokolo, un village malien où réside le père de Abderrahmane Sissako. Après des années d’absence, il décide de retourner pour réaliser sa fiction documentaire. Parvenu à destination, il change de vêtements enfourche une bicyclette et sillonne les ruelles du village. Dans cette promenade, il croise Nana la plus belle fille du village, elle aussi de passage, une histoire ludique naît de cette rencontre, tandis que la vie continue dans ce village où tout manque et qui a du mal à joindre le reste du monde. Manque d’eau potable, d’électricité et, surtout d’infrastructures, Sokolo a du mal à se «connecter» au développement. Pendant que le monde change de millénaire,les habitants de ce village ont du mal à joindre les deux bouts. Finalement, le millénaire n’aura rien apporté à Sokolo, sauf désenchantement. Et le documentaire, dans un style narratif, a mis en exergue la vie sur cette terre de Sokolo. Une vie pas comme les autres. O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com