L’E.S.T. Champion de Tunisie : Un 20ème sacre et une 2ème étoile méritée





Après un bref séjour à Sfax, l’Aigle retrouve Bab Souika dans un club sang et or qui a cultivé la culture de la victoire et qui sait rebondir au moment opportun. C’est le 20ème titre de l’EST et le 8ème lors des neuf dernières saisons. C’est qu’après un été 2005 mouvementé, une élimination en Ligue des Champions et un début catastrophique en championnat qui a provoqué le départ de Mrad Mahjoub et de Zied Tlemçani, l’Espérance a vite fait de mettre de l’ordre dans ses rangs. L’arrivée à la barre de Khaled Ben Yahia, la sollicitude du Bureau Directeur, le dévouement d’un groupe de joueurs pour la plupart jeunes et l’apport considérable d’un public en or, ont fait que le club sang et or renoue très vite avec le sacre, mettant fin aux illusions de son éternel poursuivant, le club étoilé et coupant l’herbe sous les pieds des amateurs de suspense qui espéraient assister dimanche prochain à une finale de championnat. * Chiffres éloquents En football, c’est connu. Un grand club se remet très vite d’un faux pas ou d’un passage à vide. Sans grand panache, mais avec beaucoup de rigueur, de volonté et de force de caractère, les Sang et Or ont su revenir au premier plan grâce à un effectif riche qui offre à l’entraîneur beaucoup de solutions de rechange de valeur et grâce aussi aux victoires dans les confrontations directes avec les postulants au titre qui sont le CSS et le CA (quatre succès en autant de matches) qui confèrent inévitablement la confiance au groupe. Et puis, il fallait résister au stress, à la menace du poursuivant immédiat, l’Etoile, qui court derrière un titre depuis neuf saisons et composer avec la jeunesse des Berradhia, Jaber, Bekri, Letifi, Ben Yahia, etc… En fin de compte, malgré une baisse de régime connue ces derniers temps en raison d’une cascade de forfaits pour blessures, l’Espérance a gardé sa sérénité et nous avons eu l’occasion de le constater lors des entraînements qui ont précédé le déplacement d’Hammam-Lif. Premier avec quatre, deux ou un point, le club de Bab Souika tenait à son fauteuil de leader qui lui va comme un gant. Il fallait résister jusqu’au bout. Maintenant, c’est chose faite. 17 victoires contre trois revers et cinq nuls, la meilleure attaque avec 41 buts et le meilleur buteur, Letifi, qui compte 15 goals. Des chiffres éloquents qui prouvent, si besoin est, que l’Espérance, malgré le départ sous d’autres cieux de plusieurs titulaires tels que Jaïdi, Mnari, Jemaâ, Clayton, les blessures de Tizié, Badra, Chaâbani etc…, elle arrive à se maintenir au sommet, même quand la manœuvre n’est pas toujours spectaculaire. Khaled Ben Yahia, lui, a souvent mis en exergue l’application tactique et la rigueur. C’est dire, enfin, que ce sacre est celui de toutes les parties prenantes du club, d’un club qui ne vit que par les titres et pour les titres. Et la réflexion de Ameur Bahri après le match de dimanche «je pense au championnat de la prochaine saison» résume, à elle seule, l’état d’esprit des Sang et Or. * Un trio magique Même si tous les joueurs sont à associer à ce sacre, un joueur n’a laissé personne indifférent cette saison. Il s’agit bien évidemment de Seïfallah Mahjoubi. Ce pivot qui a appris les ABC du football à l’Espérance avant d’aller jouer à la JSK avant de revenir à l’aube de cette saison au Parc B, a fait preuve de beaucoup d’abattage au milieu du terrain. Avec un cœur gros comme ça, il a réussi à assurer avec bonheur la couverture, la récupération et la reconversion. Sans calculs, il ne s’empêchait pas de monter au créneau pour prendre part aux actions offensives. Voilà un retour réussi et le profil d’un très bon joueur s’il persévère dans la même voie. D’autre part et après une absence en début de saison pour blessure, Kamel Zaïem est revenu à son meilleur niveau lentement mais sûrement pour se transformer en vrai détonateur de l’équipe. Confiant en ses moyens, Zaïem n’hésite jamais à aller de l’avant, à donner le ton, à secouer ses camarades. Lors des dernières sorties, il a été tout simplement époustouflant et s’il continue à briller (ses centrages et balles arrêtées constituent ses points forts) il finira bien par voler haut. Devant, l’apport de Amine Letifi a été indéniable. Récupéré par Zied Tlemçani au cours de la saison écoulée du club français de Creteil, Letifi n’a eu sa chance que cette saison sous la houlette de Ben Yahia. Il a vite fait de faire parler la poudre: quinze réalisations à une journée de la fin du championnat avec des buts décisifs inscrits notamment face au CSS (4) au CA (2). Ses principales qualités demeurent le placement, le jeu de tête et la lucidité devant les buts adverses. L’Espérance a ainsi remporté son vingtième titre depuis l’Indépendance, mais le plus intéressant c’est que cette équipe encadrée par les chevronnés Badra et Melki, compte un ensemble de jeunes joueurs prometteurs qui entament leur carrière par un titre: les Kasraoui, Berradhia, Yaken, Bhaïri, Bekri, Jabeur, Mahjoubi, Zaïem, Ahmed Ben Yahia, Letifi, Khelifa, Harbaoui ont démontré assez de caractère et d’ambition pour engranger d’autres sacres. Pour l’heure et après avoir savouré cet énième triomphe, ils sont appelés à se reconcentrer pour réussir les prochains challenges que sont la Coupe de Tunisie et la Coupe d’Afrique. Jamel BELHASSEN _______________________________ Fiche signalétique Fondation: 1919 Président: Aziz Zouhir Entraîneur: Khaled Ben Yahia Palmarès: 1 Coupe d’Afrique des Clubs champions, 1 Coupe d’Afrique des Clubs vainqueurs de Coupe, 1 Coupe CAF, 1 Supercoupe d’Afrique, 1 Coupe arabe des Clubs champions, 1 supercoupe arabe, 20 titres de champion de Tunisie, 9 coupes de Tunisie. Stade: Olympique d’El Menzah (47250 places)


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com