Le CPE abandonné : Echec à Matignon





Après plus de dix semaines de crise sociale et politique, le président français Jacques Chirac a finalement tranché hier : le contrat première embauche (CPE) à l'origine de la fronde est abandonné et sera remplacé par un dispositif pour les "jeunes en difficulté". Le Quotidien-Agences Cette décision, prise à l'issue d'une réunion au palais présidentiel de l'Elysée en présence des principaux dirigeants de la majorité de droite au pouvoir, constitue un clair désaveu pour le Premier ministre Dominique de Villepin. De Villepin, qui avait fait du maintien du CPE un combat personnel, a fait une brève déclaration dans la matinée pour confirmer la décision. "Les conditions nécessaires de confiance et de sérénité ne sont réunies ni du côté des jeunes, ni du côté des entreprises pour permettre l'application du contrat première embauche", a-t-il dit d'un ton grave. Il n'a pas évoqué sa démission malgré certaines spéculations de la presse. Il a regretté ne pas avoir été "compris par tous", affirmant avoir voulu "agir vite" contre la "situation dramatique" du chômage des jeunes. Chirac a tenté jusqu'au bout de ménager De Villepin, dont il avait fait son dauphin pour lui succéder en 2007 à la présidence française. Mais la pression était devenue trop forte, puisqu'elle venait aussi de son propre camp et notamment de son rival Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur et président du parti UMP au pouvoir. "Sur proposition du Premier ministre et après avoir entendu les présidents des groupes parlementaires et les responsables de la majorité, le Président de la République a décidé de remplacer l'article 8 de la loi sur l'égalité des chances par un dispositif en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes en difficulté", a annoncé l'Elysée dans un communiqué à l'issue d'une réunion avec les principaux responsables du dossier. * Une victoire pour les syndicats Le retrait du CPE constitue à l'inverse une victoire pour les syndicats et les organisations de jeunes, qui avaient réussi à faire descendre plusieurs fois dans les rues des millions d'opposants au CPE.Ils avaient lancé un ultimatum au gouvernement, menaçant d'organiser de nouvelles grèves et manifestations si le CPE n'était pas abrogé avant le 17 avril, date des vacances parlementaires de Pâques. Maryse Dumas, une des dirigeantes de la CGT, premier syndicat du pays, a salué lundi "le retrait" du CPE comme un "succès" de "l'action convergente des salariés, étudiants et lycéens ainsi que de l'unité syndicale", dans une déclaration à l'AFP. Le leader de la CFDT, François Chérèque, a ajouté que "l'objectif de retrait du CPE était atteint", même s'il attendait de connaître "le contenu détaillé de la nouvelle proposition de loi". De leur côté, étudiants et lycéens se sont réjouis du retrait de fait du CPE mais ont appelé à "maintenir la pression" jusqu'au vote par le Parlement de la loi qui doit remplacer le CPE, à l'origine de la fronde syndicale et de l'opposition de gauche. "C'est une première victoire déterminante pour les étudiants", a affirmé Bruno Julliard, président de l'Unef, syndicat leader de la contestation. * Mise à mal Destiné au moins de 26 ans et permettant à un employeur de se séparer d'un salarié pendant deux ans sans justification, le CPE avait été créé par de Villepin dans sa "bataille" contre le chômage des jeunes (23%) et adopté par le Parlement début mars. Dans une initiative inédite depuis le début de la Vè République en 1958, Chirac avait présenté le 31 mars un scénario complexe de sortie de crise qui a échoué. Il avait promulgué la loi instituant le CPE, tout en demandant qu'elle ne soit pas appliquée pour permettre d'en modifier les points les plus controversés. Mais ce scénario avait été unaniment rejeté par les opposants au CPE, appuyés par l'opposition de gauche, qui avaient réussi quatre jours plus tard une nouvelle et démonstration de force en faisant descendre dans la rue entre un trois millions de manifestants. Selon un sondage publié hier, les cotes de popularité de Chirac et Villepin n'ont jamais été aussi basses, avec 25% d'opinions positives pour chacun d'entre eux.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com