Conseil national de l’UGTT : Débat de fond sur le bilan du processus de rectification





La discussion du rapport présenté par M. Abdessalem Jerad, secrétaire général de l’UGTT et du rapport financier a été marquée par un ton, un tant soit peu, critique lors de la deuxième journée du conseil national de l’organisation ouvrière qui se tient depuis lundi à Tabarka. Tabarka — Le Quotidien L’évaluation des résultats du processus de rectification syndicale entamé après la démission de l’ancien secrétaire général, Ismaïl Sahbani, sur fond de scandale financier a été au centre de plusieurs interventions percutantes. Les membres du Conseil national de la centrale syndicale ont été unanimes sur le bilan positif de ce processus qui a permis de réconcilier l’organisation avec ses principes fondateurs et de renouer avec les pratiques démocratiques et la transparence financière tout en indiquant que l’équipe issue du congrès extraordinaire de Djerba a encore fort à faire pour consolider son indépendance et son militantisme. M. Amara Abbassi (Union régionale du travail de Gafsa), a fait remarquer qu’il est grand temps pur que le projet de restructuration de l’UGTT soit mis en œuvre dans le but de consolider la démocratie interne. Il a appelé aussi à la mise en place d’une section chargée du dossier des adhésions pour remédier au manque flagrant des adhérents parmi les travailleurs du secteur privé. De son côté, M. Chedly Guari (syndicat général de l’enseignement secondaire) a précisé que l’organisation ouvrière est appelée désormais à aller de l’avant pour consolider son indépendance et les pratiques démocratiques en son sein. «Certaines défaillances perdurent toujours en matière de démocratie interne en dépit des acquis incontestables», a-t-il souligné en indiquant que l’UGTT devrait manifester son soutien aux organisations représentant des acquis nationaux. En ce qui concerne l’expérience du dialogue social, M. Brahim Guesmi (Union régionale du travail du Kef) a affirmé que l’organisation ouvrière est appelée à revoir sa stratégie en la matière puisque le rôle régulateur de l’Etat ne cesse de régresser tel une peau de chagrin. Il a réclamé aussi l’élaboration d’une stratégie pour accroître le nombre d’adhérents dans le secteur privé et l’amendement du code du travail. * Militantisme De nombreux intervenants ont estimé que l’amélioration des mécanismes et des outils de militantisme syndical s’impose. «Tous les acquis réalisés en faveur des travailleurs sont le fruit de nos efforts et de nos positions», a noté M. Mouldi Jendoubi (Union régionale du travail de Jendouba). Dans ce même chapitre, M. Noureddine Tabboubi (Union régionale du travail de Tunis) a déclaré que l’efficacité de l’action syndicale nécessite des prises de positions claires sur la lutte contre la précarité de l’emploi et le licenciement des travailleurs. D’autres membres du Conseil national ont appelé à la création d’une radio et d’une chaîne télévisée syndicales et à l’amélioration du contenu du journal «Echaâb» organe de l’UGTT. S’agissant de la crise de la représentation syndicale du secteur de l’enseignement supérieur, M. Anouar Ben Guaddour (syndicat général de l’enseignement scientifique) a réaffirmé son refus de la privatisation de l’enseignement supérieur et son attachement à une concertation élargie entre le ministère de tutelle, les syndicats et les organisations estudiantines sur la réforme Licence-Mastère- Doctorat (LMD) ainsi qu’à la réunification de toutes les catégories d’universitaires (enseignants, chercheurs, technologues, agrégés) au sein d’un même syndicat. D’autre part, certaines interventions ont porté sur le droit de grève qui devrait revenir uniquement aux commissions administratives sectorielles ainsi que sur l’amélioration de la présence féminine au sein des structures de l’organisation ouvrière. Walid KHEFIFI _____________________________ Rapport financier de l’UGTT Les dépenses dépassent 31 MD entre 2002 et 2005 Les revenus de la centrale syndicale ont été de l’ordre de 7.87.542 MD en 2002. Les dépenses ont atteint 7.11.639 MD au cours de la même année. En 2005, les revenus ont évolué sensiblement pour atteindre 9.587.596 MD alors que les dépenses se sont situées aux alentours de 9.334.187 MD. Les dépenses ont atteint plus de 31 MD entre 2002 et 2005. Les revenus de l’UGTT proviennent des recettes des adhésions, du montant prélevé sur les cotisations sociales, des dons de soutien à l’action syndicale, du remboursement des crédits et des entreprises de l’organisation. Les dépenses sont réparties entre les activités syndicales (60%), les salaires (30%) et la construction et la maintenance des locaux (10%). _____________________________ Entreprises de l’UGTT : Les indicateurs financiers clignotent au rouge Dans son rapport sur la situation financière des entreprises de la centrale syndicale, M. Faouzi Chibani, coordinateur de la commission nationale du contrôle financier, a révélé que l’hôtel Amilcar et l’Union Tunisienne du Tourisme (UTT) souffrent de certaines difficultés financières sérieuses. Pour ce qui est de l’hôtel Amilcar, le rapport du commissaire aux comptes datant de l’année 2002 précise que les états financiers de l’hôtel révèlent des pertes cumulées de 5,9 M.D alors que son capital ne dépasse pas 1,6 MD. En dépit des mesures prises pour redresser la barre, le rapport du commissaire aux comptes pour l’exercice 2005 a montré que les pertes cumulées dépassent toujours le capital social de l’hôtel et les réserves. Raison pour laquelle, le commissaire aux comptes a recommandé deux solutions: augmenter le capital de l’hôtel à 10MD ou le louer durant une période minimale de 25 ans. Du côté de l’UTT, la filiale de billetterie a enregistré des pertes de 500 mille dinars. La filiale du transport est également déficitaire puisque les bus sont devenus désuets. Le journal «Echaâb», organe de l’UGTT a, de son côté enregistré des pertes avoisinant les 37 mille dinars en 2003. Mais ses résultats financiers se sont améliorés en 2005 puisqu’il a réalisé un bénéfice de 33 mille dinars. Quant aux assurances mutuelles «Al Ittihad» qui a remplacé la campagne Assurances «Al Ittihad», son capital s’est élevé à 3 MD en 2005. Son chiffre d’affaires a atteint 55 MD durant cette même année. A la lumière de ses résultats positifs, la commission nationale du contrôle financier a recommandé à l'organisation ouvrière d’acheter le maximum d’actions de cette campagnie d’assurance afin qu’elle ne passe pas aux mains des investisseurs privés. W.K. ______________ Les-à-cotés * Une réunion du Bureau exécutif de l’UGTT s’est tenu dans la nuit du lundi à mardi dans la chambre de M. Abdessalem Jerad. Au menu un débat sur l’organisation et le déroulement des travaux du Conseil national. * La tenue du Conseil national a été une occasion pour certaines sensibilités qui traversent l’UGTT de distribuer des communiqués dans lesquels elles font le bilan de l’action syndicale après le congrès extraordinaire de Djerba. * Dans son intervention M. Habib Ghannem, secrétaire général de l’Union régionale du Travail de Nabeul de réclamer le retour du programme la «voix de l’UGTT» que diffusait la Radio nationale jusqu’à 1985. * Les représentants de la fédération générale du textile a tenu hier vers le coup de 10h une réunion de coordination pour se mettre d’accord sur le contenu des interventions ayant trait à se secteur. * M. Abdessalem Jerad a été acculé à plusieurs reprises à couper la parole aux intervenants qui dépassent le temps préfixé, en l’occurrence 10 minutes. * Plusieurs solutions ont été proposées pour financer la construction de la Maison de l’UGTT à la Cité El Khadra. Il s’agit surtout des dons provenant des syndicalistes et de l’augmentation des montants des adhésions.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com