Exposition Des origines à vénérer





Ibn Khaldoun est Tunisien de naissance et d’adoption: c’est l’idée qui ressort de l’exposition qui se tient à la MC Ibn Khaldoun, qui dans la foulée de l’Année Ibn Khaldoun s’approprie l’appartenance de ce grand penseur arabe. A partir du 7 avril l’exposition «Lumières sur le patrimoine d’Ibn Khaldoun» vient, un tant soit peu, nous éclairer sur ce qui nous parvient, aujourd’hui, du vécu du Tunisien viscéral Ibn Khaldoun. Il y a de quoi s’enorgueillir, en fait, si l’on découvre ravis la demeure où est né Ibn Khaldoun en 1332. Enclavée dans le charme discret de Médina et plus précisément du côté de la rue «Tourbet El Bey», le lieu de naissance d’Ibn Khaldoun en dit long sur ses origines aisées. Il descend en effet d’une famille andalouse noble qui s’est installée en Tunisie. La petite évasion à travers les arcanes de l’histoire nous prend aussi vers l’Ecole coranique de «Msid El Kobba» fréquentée par Ibn Khaldoun. Le monument est fondé au Xe siècle est situé également à la rue Tourbet El Bey. Jeune Ibn Khaldoun s’est adonné corps et âme, en Tunisie, aux sciences et au savoir pour en puiser des connaissances encyclopédiques ayant fait de lui ce qu’il était. Pour revenir à l’exposition, on peut y apprécier, tout de même, les photos des monuments et témoins archéologiques contemporains d’Ibn Khaldoun. Citons à titre d’exemple : la photo d’un cadran solaire fait en 1345, conservé au musée de Carthage, celle d’un plat en céramique du XIV siècle conservé au musée lapidaire de la Zaouia de Sidi Kacim El Jellizi ou encore celle d’une pièce de monnaie en or conservée au musée de Raqqada frappée sous le règne d’Abou Hafs (747-749 H / 1346 - 1348). On apprend aussi que Ibn Khaldoun a fréquenté bien d’autres lieux connus au nom de Medersa : notamment la Medersa al Maghribia fondée avant 1290, la Medersa Ach-Chamaïa (639 h - 1241) et la Medersa Al Murjaniyya fondée entre 1293 et 1299. Sans oublier les lieux religieux qui, à cette époque-là étaient des lieux stratégiques tels que la Mosquée de la Kasbah fondée en 1253 et la Mosquée de la Zitouna construite à partir de 703... Cette petite évasion en images bien que superficielle et peu recherchée, offre néanmoins à qui le veut un petit moment rêvé nous rappelant la vie mouvementée de ce penseur tunisien et ses voyages périlleux de Tunis, à Fès, à Tlemcen et à l’Andalousie. Bon gré mal gré, son savoir universel légué ne peut revenir qu’à la Tunisie. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com