Aide arabe aux Palestiniens : Des promesses renvoyées aux calendes grecques





Les pays arabes ont multiplié déclarations de soutien et promesses d'aide à l'Autorité palestinienne, après la décision occidentale de couper les vivres au Hamas, mais des analystes doutent que ces propos se matérialisent entièrement. Le Quotidien-Agences Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a appelé hier les membres de l'organisation, réunis en sommet fin mars à Khartoum, à "concrétiser" leurs promesses d'aides. Il a même demandé à la population et aux institutions de ces pays de participer à cette aide, en faisant des dons. La Ligue a lancé la collecte en ouvrant un compte dans l'une des branches de la Banque Arabe, au Caire, a rapporté l'agence gouvernementale Mena. Des riches monarchies du Golfe ont promis de leur côté 80 millions de dollars à l'Autorité palestinienne, a affirmé le ministre palestinien des Finances Omar Abdelrazeq. Le Caire et Amman ont envoyé des convois de plusieurs tonnes d'aide humanitaire vers la Bande de Gaza et la Cisjordanie. Trente cinq millions de dollars versés par l'Algérie ont permis à l'Autorité palestinienne de payer des dépenses et des salaires du mois de février, a indiqué Abdelrazeq. Mais le trou financier à combler reste énorme. "Nous avons besoin de 120 millions de dollars immédiatement pour payer toutes les dépenses" urgentes, a précisé le ministre. Selon lui, les salaires du mois de mars des quelque 140.000 fonctionnaires, totalisant 118 millions de dollars, n'ont toujours pas été versés. * Banqueroute L'Autorité palestinienne se trouve au bord de la banqueroute depuis que l'Union européenne, le plus gros bailleur de fonds des Palestiniens avec 500 millions d'euros par an, et les Etats-Unis ont décidé de suspendre leur aides directes au gouvernement du Hamas. L'UE et Washington exigent des islamistes qu'ils reconnaissent Israël et qu'ils mettent un terme à la violence. Les dirigeants arabes se sont empressés de condamner cette décision et de lancer des promesses d'aides, pour remplacer le soutien financier occidental. Le ministre bahreini des Affaires étrangères, cheikh Khaled ben Ahmad Al-Khalifa, a assuré que son pays "œuvrera à inciter (ses) frères arabes à soutenir le peuple palestinien". "Le Qatar continuera de les soutenir (les Palestiniens), dans des projets industriels et hospitaliers, par exemple", a indiqué de son côté l'émir du Qatar, Hamad ben Khalifa Al-Thani fin février. "L'Egypte va continuer à accorder, comme elle l'a fait dans le passé, une aide importante aux Palestiniens à travers la Ligue arabe", a déclaré une responsable au ministère des Affaires étrangères, sous le couvert de l'anonymat. Mais ces assurances ne convainquent pas tout le monde. "Il ne faut rien espérer de l'Egypte et des autres pays arabes concernant l'aide aux Palestiniens", a affirmé Emad Gad, chercheur au Centre d'études stratégiques d'Al-Ahram, au Caire. "Il n'y a pas de volonté politique pour soutenir financièrement les Palestiniens: la preuve en est que lors du sommet arabe de Khartoum, l'Egypte et les autres Etats arabes n'ont pas décidé une augmentation de leur aide", explique-t-il. "Ils n'ont même pas versé les 55 millions de dollars par mois (...) qu'ils avaient promis aux Palestiniens", lors du sommet d'Alger en 2005, déplore-t-il. Pour Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes, basé à Paris, "il y a toujours un laps de temps très important entre ces promesses et leur réalisation chez les Arabes". "Peut-être qu'ils donneront 10 millions de dollars ou plus dans un mois ou deux, mais ce n'est pas ça qui va permettre aux Palestiniens de s'en sortir", estime-t-il. Selon lui, les Arabes ont volé au secours du gouvernement Hamas "pour l'empêcher de tomber entre les mains de l'Iran", qui s'est dit prêt à soutenir le mouvement. Mais ils ne matérialiseront sans doute pas leurs promesses "car ils ne veulent pas mécontenter la communauté internationale", qui a décidé de mettre la pression sur le Hamas. _______________________ Gaza Missile israélien contre un bureau du Fatah Gaza-Agences Un appareil de l'armée de l'air israélienne a tiré dans la nuit d’avant-hier à hier un missile sur un bureau de l'organisation des jeunesses du mouvement Fatah, occasionnant d'importants dégâts mais pas de victimes, a-t-on appris de source sécuritaire. Selon cette source, l'attaque contre le bureau, situé dans un immeuble du centre de Gaza, a eu lieu vers 01h15. Personne n'y était présent. Les bombardements israéliens dans le nord de la Bande de Gaza se sont également poursuivis mercredi en représailles aux tirs de roquettes artisanales. Les Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, un groupe armé lié au Fatah de Mahmoud Abbas, a revendiqué dans un communiqué les tirs de deux roquettes contre le point de passage de Kissoufim, entre le sud de la Bande de Gaza et Israël.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com