Minceur : Sous le signe des médicaments… de beauté!





Il n’est plus nécessaire de se priver de tous les plats pour perdre des kilos. Tout comme il n’y a plus besoin de se soumettre à la soupe aux choux pour perdre une ou deux tailles. Grâce aux médicaments de beauté (un nouveau concept introduit par Mme Farida Daoud), la minceur qui est principalement une attitude et une «way of life» n’est plus impossible. Tunis-Le Quotidien Toutes les femmes pensent à leur ligne. Aussi négligentes ou nonchalantes qu’elles puissent paraître, elles ont toujours un désir, souvent inavoué, de perdre quelques kilos et d’avoir une moins grande taille. C’est pour répondre à ce souci de minceur et beauté à la fois, que Farida Daoud, chargée de marketing, de recherche et développement dans les laboratoires de cosmétiques Lierac, a donné hier un nouveau secret d’amincissement. La soixantaine, au teint bronzé et aux cheveux blonds, Farida, d’origine marocaine, se lève pour inviter les journalistes présentes à un petit voyage dans l’univers de la minceur. Elle présente au fait un nouveau produit de ces laboratoires français qui consiste en un programme minceur conciliant la technicité à la cosméticité. Au bonheur des flemmardes qui ne sont pas partisanes des régimes draconiens, ce programme propose une triple action à savoir un anti-gras, un anti-sucre et anti-eau. Mais comme la minceur est une attitude et un état d’esprit comme l’incarne merveilleusement bien Farida Daoud, il ne suffit pas de s’adonner à ce produit. Il doit être nécessairement associé à un complément alimentaire et une bonne hygiène de vie. En effet, les nouvelles habitudes d’alimentation ne favorisent point la perte de poids ni la bonne portée du corps. Et c’est ce qui décourage justement la plupart des femmes à suivre un régime. D’une part, elles n’ont plus envie de patienter longtemps pour attendre les résultats. Et d’une autre part, elles n’ont ni le courage de se priver, ni le temps de concocter les plats exigés par les régimes. Elles renoncent alors tout en rêvant de perdre une ou deux tailles. Et Farida Daoud d’offrir ainsi une alternative basée sur les médicaments de beauté; lesquels représentent désormais un nouveau concept très coté chez les fanas de la minceur. Ces médicaments expérimentés et mis sur le marché selon une réglementation très rigoureuse, constituent en réalité une griffe pour les initiateurs des «pro-ana» c’est-à-dire pro-anorexiques. Ces derniers sont des personnes qui investissent l’internet à travers des sites qui incitent à l’anorexie. Et pis encore, ils apprennent aux adolescentes les techniques de vomissement pour vider leurs ventres sans que les parents ne s’en rendent compte. D’une autre manière extrêmement vicieuse, ils sont en train de promouvoir une minceur à très hauts risques et qui peut d’un moment à l’autre tourner à la mort. D’ailleurs, Farida Daoud, qui n’est pas d’origine marocaine par hasard, plaide pour une minceur réfléchie qui privilégie une attitude complète. C’est avec un comportement responsable et bien étudié qu’il est possible aux femmes d’atteindre des résultats rapides et durables. Ces résultats ont été prouvés par le biais d’une étude clinique réalisée par ces laboratoires auprès de femmes âgées entre vingt et quarante ans. Un détail important c’est que ces femmes n’étaient pas en surcharge pondérale. Car, ce programme minceur n’est nullement destiné aux personnes obèses. Il s’agit là d’une perte de poids esthétique et non pas d’une perte lourde de kilos comme c’est le cas pour l’obésité. Par ailleurs, il importe de préciser que les laboratoires Lierac ont lancé un prix de recherche dans le domaine du vieillissement cutané et ses complications. Les dermatologues tunisiens peuvent participer à ce prix qui récompense les travaux innovants et offre une bourse permettant de finir le projet convenablement. Après la France, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal, le Maroc et l’Iran, le Tunisie est également éligible. Maryem KADA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com